Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

INTRODUCTION :

Je chasse le chevreuil à l'arc depuis 2000 principalement dans le Gers et le Tarn. J'ai prélevé mon premier chevreuil à l'arc en septembre 2005 dans le Gers après plusieurs années infructueuses d'apprentissage solitaire. Je chasse cet animal principalement à l'approche, très peu à l'affût (en hiver) et parfois à l'appeau mais toujours au sol. Je n'ai jamais été attiré par les affût perchés, type tree-stand, d'une part parce que j'ai le vertige et ne suis donc pas à l'aise dans les arbres et d'autre part parce que je trouve cette chasse trop passive (je ne parlerai donc pas ici de ce type de chasse). J'ai acquis mon expérience seul, sur le terrain où j'ai appris à connaître le chevreuil et où j'ai pu apprendre de mes erreurs comme de mes réussites. Je vais donc essayer de développer ici quelques unes de ces connaissances qui pourront peut être servir à d'autres.

LA CHASSE DU CHEVREUIL, SES POINTS FORTS ET SES POINTS FAIBLES

LE CHEVREUIL :

Tout d'abord, il faut savoir que comme tout gibier, le chevreuil a ses points forts qu'ils faudra déjouer et ses points faibles dont il faut savoir profiter.

  • Les points forts :
LA CHASSE DU CHEVREUIL, SES POINTS FORTS ET SES POINTS FAIBLES
  • Son ouïe :

Le chevreuil a une très bonne ouïe et peut percevoir des bruits, qui nous semblent faibles, à une distance assez importante (J'ai eu la mauvaise expérience de voir fuir un brocard qui venait sur moi à une quarantaine de mètres lors de l'armement de mon arc, le seul frottement de ma flèche dans mon repose flèche biscuit l'a alerté malgré la distance. Ayant eu la même réaction avec d'autres chevreuils, j'ai décidé de changer mon repose flèche pour un repose flèche effaçable). Il est donc nécessaire de faire très attention au facteur bruit lors d'une chasse à l'approche, les déplacements doivent être le plus silencieux possibles. Il faut donc privilégier des vêtements silencieux, dont les frottements provoqués par la marche (tissu contre tissu ou tissu contre végétations) provoquent le moins de bruit possible. Personnellement, j'utilise les vêtements camouflés de chez décathlon. Il faut éviter les matières synthétiques plus bruyantes.

Les tenues 3D qui sont assez redoutables en position statique sont assez inconfortables à l'approche au milieu d'une végétation épineuse où elles s'accrochent régulièrement et le bruit ainsi provoqué annule souvent l'avantage de la perfection du camouflage.

Les chaussures ont aussi une grande importance, il faut privilégier des chaussures à semelles souples et peu épaisses qui ont moins tendance à faire craquer les brindilles et les feuilles mortes ou crisser les graviers et permettent de mieux ressentir le sol pour appréhender la pause du pied (j'aime beaucoup chasser avec des vielles chaussures de sport usées). Sur certains sols très bruyants et secs on peut même tenter la progression en chaussettes encore moins bruyante. Le pas doit être léger et chaque pas doit être calculés dès que la distance s'amenuise. Le contact avec le sol doit être le plus faible possible, on peut ainsi se déplacer sur la pointe des pieds où limiter l'appui à la bordure extérieure du pied réduisant ainsi la surface de contact au sol et le bruit produit. Le pied en se posant doit privilégier les zones d'herbe fraiche, les sols meubles dégagés, les grosses pierres plates et stables... ce qu'on ne trouve pas toujours lors d'une approche.

Faire du bruit est donc, à un moment où à un autre, inévitable mais ne fera pas forcement fuir le chevreuil. Ce dernier reconnaît instinctivement le bruit d'une progression humaine au rythme de nos pas réguliers mais la nature produit également beaucoup de bruits plus où moins intenses (Une branche qui casse et tombe au sol, un merle qui fouille les feuilles mortes, un petit rongeur qui se déplace, un autre gros animal qui se déplace...). Si vous produisez un bruit qui met en alerte le chevreuil en faisant craquer une branche par exemple, le mieux est, quelque soit la réaction de l'animal (qu'il lève la tête vers vous ou continue tranquillement ses activités), de se figer un instant pour se faire oublier en observant le chevreuil. Si ce dernier regarde vers vous, il ne vous a pas forcément repéré et cherche la provenance du bruit. Ne voyant rien bouger, il finira par reprendre ses activités mais attention, cette alerte va le rendre plus méfiant et il convient de rester un moment immobile pour lui laisser le temps de se tranquilliser, ce n'est qu'alors que vous pourrez reprendre votre approche. Une approche devra être d'autant plus lente et entrecoupée de pauses d'observation de l'animal que le terrain sera bruyant.

Le bruit peut parfois aussi être votre allié, par temps de fort vent ou de pluie, les bruits parasites de l'environnement (agitation du feuillage, gouttes qui tombent,...) peuvent court-circuiter le sens auditif du chevreuil. Vous pourrez en profiter pour faire des approches rapides sans tenir compte du bruit produit. Les biotopes idéaux pour de telles approches sont les champs de maïs, de blé, d'orge, de tournesol, de soja (par grand vent)... ou les milieux forestiers (par grand vent ou sous la pluie).

LA CHASSE DU CHEVREUIL, SES POINTS FORTS ET SES POINTS FAIBLES
  • Sa vue :

La vue du chevreuil n'est pas la même que la notre, elle est beaucoup moins précise et surtout basée sur le mouvement. Sa perception des couleurs est beaucoup moins nuancée. L'exemple type est la tenue fluo que nous utilisons lors des battues, pour nous, elle est visible de très loin alors que le chevreuil ne verra pas forcement un archer vêtu de la sorte au milieu d'un bois et pourra passer à quelques mètres de lui.

Il est tout de même très sensible à la silhouette humaine qu'il peut reconnaître même de très loin, il est donc nécessaire, autant que possible de se fondre dans le décors lors d'une approche. Autant grâce à la tenue de camouflage qui permet de déstructurer notre silhouette qu'en progressant le plus possible à couvert ou au moins le long des haies ou bosquets qui permettront de noyer la forme humaine sur un fond non homogène. La meilleure des tenues de camouflage ne pardonnera pas un mouvement trop rapide ou une progression à découvert.

Le chevreuil est également très sensible aux taches claires qui attirent son regard, cette faculté s'explique facilement par leur mode de communication corporel. Un chevreuil en fuite ébouriffe son arrière train, créant ainsi une grosse tache blanche visible de loin par ses congénères et qui donnera l'alerte.

Chevreuils en fuite, arrière train ébourifé.

Chevreuils en fuite, arrière train ébourifé.

Le visage doit donc être camouflé (cagoule, maquillage, casquette,...).

Les mouvements brusques le mettront également en fuite, la vitesse de l'approche doit donc s'adapter au risque potentiel d'être repéré. Les mouvements lors d'une approche doivent se limiter au strict minimum, le jumelage répété, les mouvements de bras ou tout autre mouvement peut provoquer la fuite du chevreuil. Il faut donc tenter de progresser avec les bras près du corps, par petits pas lents et se figer à chaque fois que le regard du chevreuil est susceptible de se diriger vers vous. Pendant ses prises de nourriture un chevreuil relève régulièrement la tête, plus ou moins souvent suivant son degré d'inquiétude, et il est préférable d'avancer pendant qu'il a la tête baissée de quelques pas puis de se cacher ou de se figer en attendant qu'il relève la tête puis de reprendre sa progression de même dès qu'il rebaisse la tête. On a toujours tendance à trop vouloir avancer et c'est ainsi qu'on se retrouve en mouvement alors que le chevreuil relève la tête et que l'on provoque sa fuite.

L'armement de l'arc sera toujours un moment délicat car il sera exécuté à proximité de l'animal et pourra faire échouer une belle approche. Il faudra donc essayer de toujours armer son arc au moment où le chevreuil ne risque pas de vous voir, toujours en essayant de limiter le mouvement. Beaucoup d'archers utilisant une puissance d'arc importante qu'il maîtrise mal auront tendance à lever leur arc pour l'armer avant de le baisser pour prendre la visée, c'est souvent le mouvement de trop, l'armement idéal doit se faire doucement et en alignement (ou presque) avec le chevreuil pour être déjà prêt à prendre la visée. Avec un arc compound on pourra armer à couvert et finir son approche arc armé ce qui n'est pas possible avec un arc traditionnel. De plus, la vue du chevreuil devient très mauvaise avec un soleil bas sur l'horizon (matin ou soir) et le soir quand la luminosité baisse un peu avant la nuit. On peut profiter de ces moments pour réaliser des approches qui en temps normal seraient presque impossibles. J'ai ainsi approché des chevreuils très près presque à découvert.

LA CHASSE DU CHEVREUIL, SES POINTS FORTS ET SES POINTS FAIBLES
  • Son odorat :

L'odorat du chevreuil étant bien développé, il pourra vous sentir de loin, il convient donc de respecter une règle valable autant à l'approche qu'à l'affût : Toujours chasser avec le vent de face ou du moins non dirigé vers l'animal. Personnellement, je ne crois pas à tout les camouflages d'odeur qui existent sur le marcher et pour moi le meilleur camouflage olfactif est bien l'approche à bon vent.

Il est nécessaire durant la chasse de vérifier régulièrement le sens du vent, que ce soit à l'aide d'une poire à talc ou à l'aide de ce que vous trouverez près de vous (terre fine ou bois sec vermoulu émiettés entre les doigts, herbes où feuilles sèches lancées au vent...), car ce dernier peut tourner régulièrement et vous trahir. Certains archers utilisent également une petite plume ou un fil accroché à une branche de leur arc.

Brocard se léchant les naseaux pour améliorer sa capacité olfactive.

Brocard se léchant les naseaux pour améliorer sa capacité olfactive.

  • Sa rapidité de mouvement :

Le chevreuil est capable d'évier une flèche pourtant tirée avec un arc rapide alors qu'il ne se trouve qu'à 10 mètres de l'archer lors de la décoche. On appelle cet évitement le saut de corde, il s'agit souvent d'un écrasement de l'animal lors de son démarrage. Le chevreuil se baisse rapidement pour prendre son impulsion de départ et évite ainsi parfois la flèche qui lui passera alors au dessus, ce cas de figure n'est pas très grave si ce n'est pour la fierté de l'archer mais peut parfois entraîner une blessure musculaire (non mortelle à court terme mais handicapante pour l'animal) dans les muscles du dos par exemple.

Saut de corde d'un brocard sur l'oeil.

Saut de corde d'un brocard sur l'oeil.

Il est donc nécessaire de tirer des animaux le plus près possible pour ne pas leur laisser le temps de réagir. Un arc rapide et silencieux est un gros atout, le simple bruit de la décoche pouvant faire réagir le chevreuil. En outre, il est préférable d'éviter de tirer un animal inquiet qui vous a repéré. Certains archers ont tendance à anticiper le saut de corde en visant bas mais attention, une flèche trop basse peut entailler les muscles du poitrail ou sectionner une ou les 2 pattes avant sans toucher les organes vitaux.

  • Ses ruses :

Le chevreuil est un animal très rusé surtout pour les animaux âgés. Ils est nécessaire de connaître ses ruses pour savoir comment réagir et pouvoir les déjouer.

  • L'immobilité :

Souvent un chevreuil qui repère un danger potentiel aura tendance à fuir mais parfois il se fige et observe. S'il estime sa distance de sécurité suffisante, il peut ne pas bouger en regardant passer le danger. Il se débinera souvent dans votre dos. Si le danger est proche, il peut également rester immobile, jouant sur son mimétisme dans son milieu naturel, et surveillant le danger. S'il estime que vous ne l'avez pas repéré, il peut vous laisser passer sans bouger. Parfois, le chevreuil repère un mouvement sans arriver à identifier sa provenance, il peut alors se figer et rester ainsi immobile de longues minutes en attendant d'identifier la source de ce mouvement. Trop loin pour tenter une flèche, il m'est arrivé de rester de longues minutes immobile à attendre un erreur d'inattention d'un chevreuil qui lui restait figé en attendant que je bouge. Si vous êtes patient le chevreuil se remettra parfois à vaquer à ses occupations mais il est nécessaire de lui laisser le temps de vous oublier et de rester encore un moment immobile en le surveillant avant de refaire un mouvement.

  • L'identification olfactive :

Cette situation se présente souvent lors des tirs d'été mais parfois aussi en tir d'hiver (plus chez le brocard mais peut se rencontrer avec une chevrette), vous avez réussi à approcher un brocard mais vous avez fait un mouvement de trop. Le brocard vous a repéré, vous vous figez et c'est alors que contre toute attente le brocard se rapproche mais sans vous quitter des yeux (interdisant un armement de l'arc) avant de commencer à décrire un cercle autour de vous pour prendre le vent. Souvent, il se léchera les naseaux pour augmenter leur efficacité. La situation est très délicate mais pas désespérée, il vous faut rester prêt à armer votre arc à tout moment, parfois le chevreuil détournera les yeux ou passera derrière un buisson, une touffe de végétation ou autre et rompra le contact visuel, c'est alors qu'il faut saisir votre chance d'armer votre arc. Avec de la chance, vous avez armé mais il est rare de pouvoir décocher immédiatement car le brocard sur l'œil n'attend qu'une erreur de votre part pour détaler. Il faudra donc attendre une seconde erreur de sa part pour décocher. Évitez les tirs lointains dans cette situation et le tir sur l'œil car il seront très souvent synonymes d'animal manqué ou blessé.

Brocard sur l'oeil prenant le vent pour vous identifier.

Brocard sur l'oeil prenant le vent pour vous identifier.

  • Les feintes :

Un chevreuil qui vous a vu sans vraiment vous identifié reste parfois un moment immobile comme décrit plus haut mais va ensuite user de feintes pour tenter de vous pousser à la faute :

  • La fausse prise de nourriture :

Parfois, il baisse la tête comme s'il allait se mettre à brouter avant de la relever brusquement et si vous avez le malheur de bouger à ce moment là, pensant que l'animal se remettait à manger, il verra votre mouvement et s'enfuira. Même si vous pensez que le chevreuil reprend ses activités, il vous faut rester un instant immobile et l'observer. Généralement, cette feinte est répétées plusieurs fois avant que le chevreuil ne se remette vraiment à manger et ses prises de nourritures rapides seront ensuite ponctuées de nombreuses pauses observatoires. Le mieux est alors de se faire oublier un moment avant de tenter de reprendre l'approche.

  • La fausse toilette :

Parfois, il semble attaquer de faire sa toilette et commence souvent par se lécher l'épaule opposée à votre position. Vous pensez qu'il ne peut plus vous voir puisque son coffre masque son regard et commencez à bouger. Le chevreuil démarre en trombe et s'enfuit, c'était encore une feinte, souvent le chevreuil semblant très occupé à sa toilette vous observe en fait par dessus la ligne de son dos.

Brocard feignant une toilette pour vous observer par dessus son épaule.

Brocard feignant une toilette pour vous observer par dessus son épaule.

  • La fausse fuite :

Un chevreuil peut aussi fuir sur quelques mètres avant de stopper pour revenir vers vous et peut répéter plusieurs fois ce manège. Si vous restez totalement immobile, il reviendra parfois vers vous se rapprochant parfois très près. C'est en fait encore une ruse pour vous identifier, généralement la fuite d'une proie fait démarrer le prédateur à ses trousses et le chevreuil qui essaie d'identifier cette forme inhabituelle vous provoque pour voir votre réaction. Parfois, il peut même aller plus loin, il fuit sur une distance plus ou moins importante avant de revenir discrètement vers vous à couvert. J'ai pu ainsi flécher un chevreuil aillant feint 3 fuites dans un chaume avant de rentrer dans le bois le long duquel je progressais pour revenir doucement vers mois par l'intérieur du bois. Ayant eu l'idée de me déplacer de quelques mètres, j'ai pu le flécher à 10 mètres, alors qu'il me cherchais du regard à l'endroit où j'étais précédemment.

Broacrd s'arrêtant après une courte fuite pour regarder derrière lui.

Broacrd s'arrêtant après une courte fuite pour regarder derrière lui.

  • Le groupe :

En été, quand vous réaliser une approche sur un brocard, la chevrette est parfois très proche et peu donner l'alerte, il est donc nécessaire de ne pas trop se focaliser sur le brocard et de rester attentif aux alentours. Ce qui est encore plus vrai l'hiver où les chevreuils se regroupent souvent en harde plus où moins importantes, très souvent c'est l'animal que l'on n'avait pas vu qui fait échouer une approche. Ces regroupements se tiennent souvent au milieu d'un découvert et sont quasiment impossible à approcher il faudra donc étudier leurs allers et venus sur le territoire pour trouver un endroit plus propice pour les intercepter lors de leurs déplacements. Je provoque parfois intentionnellement la fuite de ces groupes et étudie leur trajectoire de fuite avec plusieurs angles d'attaque, sur plusieurs jours, mais ne les suis jamais pour qu'ils prennent confiance puis le jour voulu, j'utilise toutes ses connaissances pour les recouper lors d'une approche. L'idéal est de se montrer mais de loin, les chevreuils inquiets vont alors se lever pour s'éloigner mais tenant compte de la forte distance, ils ne fuiront pas vite, généralement au petit trop au départ puis au pas. Il faut ensuite les recouper en décrivant une boucle plus ou moins longue suivant le relief et le vent, pour arriver à vous positionner sans vous faire repéré sur leur trajectoire habituelle de fuite mais attention, il est parfois nécessaire de courir une fois à couvert car la distance à parcourir peut être longue.

  • Ses points faibles :
  • Ses habitudes :

Le chevreuil est un animal qui a ses habitudes et parfois il semble calé sur une horloge. Il n'est pas rare de constater que certains animaux, durant des périodes plus ou moins longues, sortent tous les jours presque à la même et heure et quasiment au même endroit en passant par les mêmes coulées. En étudiant un peu ces habitudes, on peut ainsi donner rendez vous à certains chevreuils et faciliter les approches ou réaliser des affût fructueux mais attention car un animal qui passe tous les jours au même endroit apprend vite par cœur les moindres détails du paysages et un changement dans le décors ne passera pas inaperçu.

En outre, pendant la période du rut, les mâles s'installent sur un territoire plus ou moins étendu où ils signifient leur présence par des frottis et des gratis. Ils frottent leurs bois sur la végétation (branches, arbustes, pieds de tournesol, chardons...) et grattent le sol de leurs pattes avant dégageant le sol des feuilles mortes, généralement en sous bois.

Marquage du territoire sur des pieds de tournesol.

Marquage du territoire sur des pieds de tournesol.

Ces manifestations de marquage du territoire leur permettent de laisser des traces olfactives mais seront, pour le chasseurs sachant ouvrir les yeux, le moyen de repérer la présence d'un brocard. Certains grands brocards ne se montrant que très rarement, il peut arriver qu'un chasseur côtoyant très régulièrement son territoire ne connaisse pas leur existence et seule la lecture de ses indices trahira leur présence.

  • Sa curiosité :

Le chevreuil fait parfois preuve d'une grande curiosité. A tout âge et quelque soit le sexe, un chevreuil repérant une forme inhabituelle ou un léger mouvement sans arriver à l'identifier viendra parfois très près pour tenter de l'identifier. C'est ainsi que j'ai fléché à plusieurs reprises des chevreuils alors que je me trouvais en plein découvert. Cette curiosité est très accentuée pendant le rut car les chevreuils cherchent le contact d'un partenaire ou à évincer les rivaux. On observe aussi souvent ce comportement chez les chevrillards momentanément séparés de leur mère en début de saison d'hiver. Si un chevreuil vous a repéré mais vient vers vous et que vous êtes à découvert, il vous faut rester immobile en le surveillant pour attendre le moment propice pour armer votre arc, chose qui ne sera pas facile vu que l'animal vient vers vous en vous regardant, si vous avez la chance de vous trouver près d'un couvert essayez de vous décaler très lentement pour vous cacher au moment ou le chevreuil fait une faute d'inattention, le chevreuil, s'il vient assez près sera alors plus facile à flécher.

Si vous manquez un chevreuil, il ne faut surtout pas bouger de place et tenter de réencocher discrètement et rapidement car parfois, passé l'effet de surprise et une courte fuite, ce dernier peu faire demi-tour pour revenir vers l'endroit du tir afin d'identifier ce qui l'a frôlé. Vous pourrez ainsi parfois flécher votre chevreuil occupé à renifler votre première flèche. Ce comportement est surtout présent chez les brocards et surtout durant la période de tir d'été. 

Chevrette curieuse tentant de m'dentifier.

Chevrette curieuse tentant de m'dentifier.

  • Le rut :
  • L'aboiement :

Durant le rut, le brocard change totalement de comportement, lui en général timide et plutôt méfiant devient moins discret, sortant plus à découvert à toute heure de la journée, et devient assez agressif avec ses congénères du même sexe. C'est la période la plus propice pour sa chasse. Généralement l'ouverture du tir d'été se situe au 1ier juin, durant cette période les grands brocards, qui ont généralement choisi un territoire, le défendent contre leurs rivaux potentiels et répondront généralement à une provocation. C'est ainsi qu'il est possible de faire venir les brocards à l'aboiement. Si vous repérez un grand brocard en terrain découvert et que l'approche vous semble compromise, il est possible de le faire venir en imitant son aboiement. Placez vous en tenant compte du vent, trouvez un poste à couvert vous laissant des possibilité de tir et commencer à lancer un aboiement. Généralement, le brocard tourne la tête vers vous et cherche son rival du regard mais parfois, il peut foncer directement vers vous. Dans les 2 cas, répétez votre aboiement au bout de 10 à 15 secondes pour faire démarrer le brocard qui vous regarde ou guider celui qui vient vers vous.

Brocard venant à l'aboiement.

Brocard venant à l'aboiement.

Il est parfois nécessaire de lancer plusieurs aboiements ainsi espacés pour que le brocard se décide à venir. Parfois, le brocard réagit en vous répondant, il faut alors lui répondre jusqu'à ce qu'il se décide à venir, calez vous sur sa fréquence d'aboiement. Attention, il faut savoir nuancer son aboiement car la plupart des chevreuils fuiront devant un aboiement trop puissant, signe d'un rival trop imposant, il vaut mieux commencer par des aboiement un peu retenus sauf si vous être en présence d'un grand et vieux brocard qui ne craint personne sur son territoire. Les brocards réagissent à cette provocation d'assez loin, parfois plusieurs centaines de mètres, surtout si vous vous trouvez sur leur territoire.

Si le brocard ne réagit pas franchement à votre aboiement vous pouvez tenter de cumuler cet aboiement avec d'autres imitations des comportement du rut. Vous pouvez alors secouer une branche devant vous, imitant un brocard qui frotte ses bois ou la frotter avec une branche. Vous pouvez aussi gratter le sol à la main en faisant voler feuilles et brindilles ce qui risque d'énerver le brocard. J'ai fait venir beaucoup de brocard avec ces imitations. Le plus dur sera en suite de pouvoir armer et décocher sur un animal venant sur l'œil et cherchant la provenance de ces bruits. Il est préférable d'arrêter les aboiements quand le brocard est à environ 30 mètres. Généralement, il continuera à avancer plus doucement en vous cherchant et il vous faudra attendre un moment d'inattention pour armer et le flécher. Si le brocard n'avance plus et reste un moment sans bouger ou fait demi-tour relancer un aboiement. Si le brocard vient au galop, stopper assez rapidement les aboiement car il risque de presque vous rentrer dedans sans vous laisser le temps d'armer. Si vous cessez vos aboiements, il ralentira généralement près de vous pour vous chercher. Attention, il peut arriver que certains brocard vous charge s'il vous devine sans vraiment vous identifier.

  • Le Buttolo :

Plus tard dans la saison du tir d'été, les brocards répondront à l'appel des appeaux imitant les cris du faon et de la chevrette. Le plein rut se situe généralement entre mi-juillet et mi-août, l'emploie de l'appeau est généralement très efficace durant cette période mais certains animaux réagissent bien, avant et après cette période entre fin juin et fin août. attention l'usage de l'appeau ne doit pas être pris à la légère car les animaux qui se feront prendre par cette imitation une fois risquent de ne plus y répondre par la suite, à part les jeunes brocard inconscient, les autres brocards deviendront méfiants et l'usage de l'appeau donnera de moins en moins de résultat durant la saison mais également pour les saisons suivantes. Les territoires trop chassés à l'appeau donneront de piètres résultats avec cette technique. Personnellement, j'utilise le Buttolo de temps en temps pour chasser en tir d'été ou en tir d'hiver. Lorsque la végétation devient très sèche et craquante, il est parfois difficile de réaliser une belle approche où si un brocard est repéré au milieu d'un grand découvert et que l'approche semble impossible, l'appeau peut être une bonne alternative. Sur un brocard à découvert, la technique est sensiblement la même que pour l'aboiement. Il faut trouver un poste à couvert, à bon vent et présentant de bonnes fenêtres de tir, dans le cas ou aucun brocard n'est en vue, je choisis alors un poste en sous bois en fonction des indices de présence, ce poste doit permettre un bon camouflage mais de bons angles de tirs car le brocard peut alors arriver de partout, parfois même à mauvais vent car, à l'appeau, le brocard utilise principalement sa vue et son ouïe son odorat semblant mis de côté. A courte distance, il l'utilisera tout de même et ne vous laissera pas très longtemps pour décocher si vous êtes à mauvais vent.

Une fois posté, je lance de petits appels brefs espacés de quelques secondes.

LA CHASSE DU CHEVREUIL, SES POINTS FORTS ET SES POINTS FAIBLES

Généralement, si le rut est bien avancé, la réaction du brocard ne tarde pas. Dans le cas, d'un brocard en vue la chasse est assez facile car vous pouvez réagir en fonction des réactions de l'animal. Un brocard peut se laisser tenter de plusieurs centaines de mètres. Il viendra plus ou moins rapidement vers vous, mettant parfois un moment à réagir. S'il ne semble pas intéressé, vous pouvez tenter de moduler vos appels en les intensifiant ou les allongeant plus ou moins, en enfonçant plus ou moins la poire, en l'enfonçant plus ou moins vite. Si le brocard ne réagit pas pendant un moment, il vaut mieux stopper les appels un instant avant de reprendre les appels ou, si vous êtes assez éloigné, de tenter de se rapprocher un peu avant de retenter d'appeler. J'ai vu plusieurs brocards insensibles à des appels lointains, réagir immédiatement alors que je m'étais rapproché. Dans le cas où vous appelez sans avoir vu de brocard, il vaut mieux attendre quelques minutes après s'être posté avant de commencer les appels puis vous commencer des appels brefs espacés en tendant l'oreille. Généralement, la réaction des animaux est très rapide, ils arrivent souvent en moins de 5 minutes avec un galop caractéristique très audible sur les feuilles mortes du sous bois. Si l'animal arrive au galop, il faut vite stopper les appels car l'animal risque de vous rentrer dedans ou de stopper juste devant vous sans vous laisser le temps ou la possibilité de le flécher. A l'arrêt des appels, l'animal va rapidement s'arrêter pour écouter et regarder autour de lui.

Brocard venant aux appels de Buttolo.

Brocard venant aux appels de Buttolo.

Il faut alors se préparer à armer puis rappeler, un appels bref pas trop fort, animal va alors souvent venir vers vous, laisser le chercher un instant entre chaque appel pour avoir une chance de le voir se présenter dans une position idéale pour pouvoir le flécher. Vous le dirigerai ainsi jusqu'à une fenêtre de tir, l'essentiel est de garder le lien avec lui sans trop l'exciter. Il en va de même avec un brocard à découvert, il faut savoir stopper ses appels assez tôt pour ne pas le faire venir trop vite. Si après la fin des appels le brocard vient sur vous, laissez le faire sans rappeler.

Attention car parfois, le brocard vient très doucement, sans un bruit et peut vous surprendre en débouchant à quelques mètres. Il faut donc bien ouvrir les yeux et les oreilles pour avoir une chance de flécher un animal. Il faut aussi rester poster un petit moment en regardant bien autour de soi avant de quitter son poste car parfois le brocard reste un moment sans bouger en attendant que vous vous trahissiez ou venant de loin lentement, il peut mettre un moment à arriver. Parfois, c'est une chevrette qui vient vers vous, il peut être payant de la faire tourner un moment autour de vous en la faisant venir, en la laissant repartir puis en la rappelant,... ses va et vient attireront parfois un brocard et peu vous donner une belle occasion de tir. J'ai ainsi flécher plusieurs brocards. Il est parfois nécessaire de pouvoir appeler même une fois votre arc armé, personnellement, je commence à appeler avec l'appeau à la main et l'arc dans l'autre. Utilisant un arc compound, je pose ensuite mon Buttolo sur ma poignée d'arc, côté dur contre l'arc, lorsque le brocard approche, ce qui me permet d'appeler même une fois mon arc armé.

LA CHASSE DU CHEVREUIL, SES POINTS FORTS ET SES POINTS FAIBLES

On peu aussi tenir le Buttolo dans la main qui tient le décocheur avec les trous vers l'arrière mais cette technique provoque parfois des décoche intempestives.

LA CHASSE DU CHEVREUIL, SES POINTS FORTS ET SES POINTS FAIBLES

En hiver, le Buttolo marche encore très bien sur les chevrettes et peu permettre de réaliser des tirs sur ces dernières mais aussi sur leurs chevrillards ou des brocards en velours car ces derniers suivent souvent une chevrette de tête au moment où les chevreuils sont regroupés.

Chevrette venue à quelques mètres au Buttolo en novembre et suivie d'un jeune brocard.

Chevrette venue à quelques mètres au Buttolo en novembre et suivie d'un jeune brocard.

Parfois, certains brocards en velours peuvent également venir seuls à ces appels, j'ai eu 2 fois le cas de gros brocards en velours arrivant au galop vers mois lors de mes appels. J'utilise également le même type d'appel qu'en été et la même technique pour me poster. Les chevrette réagissent souvent mieux à des appels couinant plus long, presque plaintifs.

J'utilise parfois le Buttolo ou l'aboiement en mouvement. Lors d'une approche difficile ou il y a très peu de chance que le brocard ne vous voit pas ou ne vous entende pas vous pouvez soit jouer la provocation soit le leurrer. J'ai déjà réaliser des approches qui semblaient perdus d'avance en jouant ainsi avec un brocard, je pense notamment à 2 exemples parmi d'autres:

Ayant repéré un soir un brocard à environ 150 mètres dans un champ de luzerne en graine (végétation d'environ 60 à 70 cm de haut) en fin de soirée et n'ayant pas vraiment d'autre choix que d'aller droit sur lui pour l'approcher, je me suis mis à progresser à 4 pattes tout en donnant un coup de Buttolo de temps en temps et en faisant des pauses plus ou moins longues. Le relief étant en cuvette et le brocard sur le sommet, il ne pouvait que me voir progresser mais ces petits appels, bien que ne le faisant pas venir, semblaient le tranquilliser et j'ai ainsi pu m'approcher à environ 12 mètres, me mettre à genoux et décocher sur un brocard tranquille entrain de brouter. J'ai malheureusement raté mon tir qui est passé juste en dessous de l'animal.

Ayant repéré de loin un autre brocard entrain de me regarder au bord d'un bout de haie pris dans un champ de blé, je me suis mis doucement à genoux, ne laissant dépasser que ma tête des céréales et me suis mis à aboyer. Le brocard me répondant sans bouger, j'ai commencé à me rapprocher sur les genoux tout en aboyant. J'ai pu ainsi me rapprocher à environ 35 mètres avant provoquer sa fuite, trop loin pour moi pour tenter une flèche.

Approche à genoux dans le blé en aboyant.

Approche à genoux dans le blé en aboyant.

  • L'herbe entre les pouces :

En début de saison où il est préférable de flécher les chevrillards plutôt que leur mère qui les allaite toujours, on peu aussi utiliser une herbe coincée bien à plat entre les pouces pour appeler la chevrette qui nous amènera les chevrillards. En soufflant au milieu des pouces sur le tranchant de l'herbe on produit un son qui peut avoir une intensité très forte, essayez d'émettre des son longs et plaintifs si vous repérez une chevrette accompagnée de son ou ses jeunes. Elle viendra de plusieurs centaines de mètres à cet appel. Il faut ensuite la faire tourner le temps que les chevrillards se présentent bien. La difficulté et qu'une fois l'arc à la main, les appels seront impossibles.

Appel avec une herbe coincée entre les pouces.

Appel avec une herbe coincée entre les pouces.

Alex

Partager cette page

Repost0
Alex Alex.bowhunter

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS