Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 23:15

Ce soir, j'ai décidé d'aller me poster dans un penchant boisé d'environ 60 à 70 mètres de large parcourue par de nombreuses coulées de sangliers très marquées et abritant plusieurs belles remises. Dans le secteur hier soir, avec mon ami Patrick, nous les avons entendu pendant un moment dans ce penchant mais sans pouvoir les intercepter. Je rejoins donc à pied le bois après m'être garé à environ 1 kilomètre au bord d'un chemin de terre. Arrivé au bord du bois, je rentre doucement par une grosse coulée bien ouverte sur environ 30 mètres puis me faufile dans les épines noires pour rejoindre un carrefour de coulées à mi pente. J'ouvre un peu mes angles de tir avec mon sécateur et me poste face au vent mais la visibilité est trop réduite, je décide de changer de poste et me fraye un chemin, vent de face, au travers des épines pour rejoindre une zone bien dégagée, juste avant une ancienne coupe de bois gagnée par les ronces, un peu plus loin le bois se termine par un gros massif de genets et d'épines où se remisent souvent les sangliers. Je me poste en bordure de l'épais sur une grosse coulée perpendiculaire au penchant. Une grosse coulée passe à environ 15 mètres en dessous au milieu du bois assez épais 

Un beau sanglier à l'affût, 25 octobre 2016

et plusieurs autres au-dessus de moi où le bois est assez clair.

Un beau sanglier à l'affût, 25 octobre 2016

L'attente commence jusqu'à ce que la luminosité commence à baisser. Des bruits de craquement se font entendre sur le haut du bois et semblent se rapprocher. Je suis presque sûr qu'il s'agit des sangliers. Un petit couinement et des souffles puissants me confirment vite mon sentiment. Je me décale tout doucement de quelques mètres jusqu'à la plus grosse coulée qui passe au-dessus de moi. De ce point stratégique, j'ai une meilleure vue d'ensemble sur le haut du bois. Les bruits se rapprochent doucement, les animaux font souvent du bruit sur place sans avancer et une masse de végétation à environ 10 mètres me cache les sangliers qui sont encore derrière. Le temps passe un peu et il me semble qu'ils se rapprochent puis un sanglier se met à se frotter contre un des chênes pendant quelques secondes avec un bruit de caractéristique avant de se remettre en mouvement, peu après le bruit de grattage reprend mais plus haut, certainement un autre sanglier. La luminosité baisse doucement mais les sangliers qui ne doivent pas être à plus de 15 ou 20 mètres semblent mettre une éternité à arriver quand le mouvement s'accélère un peu, les craquements s'avancent tranquillement dans l'épais pour venir passer à quelques mètres au-dessus de moi. Je me prépare mais le sanglier fait une pause avant de sortir puis se fait bousculer par un autre sanglier. Il couine et passe au trot dans ma fenêtre de tir de quelques mètres pour stopper net derrière un gros buisson alors que j'ai armé mon arc. Il m'a semblé très gros. Le temps passe et ce sanglier reste immobile alors qu'un autre arrive à travers l'épais en biaisant vers la coulée sur laquelle je suis. Je désarme et surveille les 2 sangliers quand la tête du second pointe dans la végétation, je pivote doucement, il s'avance tranquillement, j'arme mon  et aligne ma visée sur son coffre alors qu'il avance d'un pas tranquille, d'un léger 3/4 face à 6 mètres. Mon pin’s se pose sur son épaule dégagée entre 2 troncs en V et je décoche.

Touché, le sanglier couine et fonce droit devant lui pour passer à 2 ou 3 mètres de moi à travers la végétation et récupérer la coulée sur laquelle j'étais posté tout à l'heure. Sa fuite très bruyante semble s'interrompre à environ 40 ou 50 mètres et il me semble entendre chuter mon sanglier puis un bruit d'agitation dans la végétation se fait entendre avant le retour du calme. Le second sanglier au couinement se son compère a remonté le talus très raide derrière le buisson et je le vois maintenant distinctement en haut du talus. Il est plus gros que l'autre. Il démarre au petit trot et repars d'où il vient en suivant le haut du talus avant de redescendre dans la coupe. Je l'entends un moment dans la végétation à environ 15 mètres devant moi sans pouvoir le voir. La luminosité devient très limite et le sanglier en profite pour passer sur la coulée en dessous de moi sans que je puisse vraiment le distinguer et part au trot dans mon dos après avoir passé le sang de son collègue. J'attends encore un peu que le calme s'installe puis allume la lumière de mon portable pour contrôler mon tir. Ma flèche n'est pas en vue, le sanglier l'a peut-être emportée, je trouve vite le sang très abondant qui suit la coulée descendante et le suis sans difficulté.

Un beau sanglier à l'affût, 25 octobre 2016

5 ou 6 mètres plus bas, j'aperçois ma flèche pleine de sang posée sur la droite de la coulée dans la végétation.

Un beau sanglier à l'affût, 25 octobre 2016

Je m'avance pour la ramasser mais mes pieds glissent sur une grosse racine de chêne et je tombe lourdement sur le dos. Ma tête heurte violemment le sol et les clefs de voiture dans ma poche arrière du pantalon me rentrent dans la fesse qui tape violemment le sol elle aussi. Très sonné, je me relève péniblement avec un bon mal de crâne et je mets un petit moment à reprendre mes esprits. Je récupère mon arc tombé dans le fragon sans dommage heureusement et ma flèche ensanglantée que je remets au carquois puis poursuis ma recherche. Le sang est tellement abondant et projeté sur plus d'un mètre autour de la piste que je loupe un virage à droite et dois tourner un instant pour comprendre que le sanglier a pris à droite dans le sale, la piste reprise, je la perds à nouveau 2 ou 3 fois toujours à cause du sang projeté sur une grande largeur. Je trouve également plusieurs frottés sur les branches ou les troncs.

Un beau sanglier à l'affût, 25 octobre 2016

En tournant un peu, je finis toujours par retrouver ma piste et finis par trouver un peu plus loin mon sanglier mort sur le flanc sous quelques branchages.

Un beau sanglier à l'affût, 25 octobre 2016

C'est une belle laie d'environ 70 kg, ma flèche rentre basse en avant de l'humérus et ressort très basse au niveau des dernières côtes, elle a fait environ 50 mètres. Au dépeçage, je constaterai que ma lame a entaillé le cœur, traversé les poumons et coupé un bout de foie. Il ne reste plus qu'à sortir mon sanglier des épines et le traîner jusqu'à ma voiture avant de rentrer m'occuper de lui. A mi-chemin, je décide d'aller chercher ma voiture pour le charger. En m'assaillant dans la voiture une vive douleur à la fesse me rappelle ma chute, le lendemain ma fesse se sera teinte de violet sur une bonne partie de sa surface et la douleur persistera quelques jours, me gênant pour m’asseoir ou me coucher sur le dos, avec un bleu prenant un peu toute les couleurs en s'étalant.

Un beau sanglier à l'affût, 25 octobre 2016

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

P 30/11/2016 17:52

Bien joué, on peut dire que celui là tu l'auras eu dans la douleur! Continue de nous abreuver de tes récits!

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS