Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 05:54

Ce soir, je pars chasse le secteur de Bourras près de l'Osse. Je me gare au bord du chemin de terre qui traverse la rivière puis passe le pont pour me diriger vers la vieille Osse qui borde le bois de Bourras. 2 chevreuils traversent au loin le grand champ de l'autre côté de la route. Je prends à droite en suivant le cours d'eau pour rejoindre la passerelle qui permet de le traverser et rejoindre la palombière puis passe ce petit pont et traverse le bois pour ressortir dans un champ entouré de bois. Rien en vue de ce côté, je jette un coup d'œil à l'immense champ de l'autre côté de la haie à ma droite, rien non plus. Je fais donc demi-tour et retraverse le bois et la rivière pour la longer en direction de la peupleraie. Je suis tranquillement les virages de la rivière bordée par le bois quand, alors que la vieille Osse tourne à droite à 90°, je me fais surprendre par une chevrette qui démarre à environ 20 mètres de moi et que je n'avais pas vue derrière le bois. Je la regarde fuir vers les peupliers en biaisant vers la rivière puis rentrer dans le bois en disparaissant. Je me remets en mouvement et fais à peine 2 pas quand j'aperçois un énorme ragondin, que le bois me cachait, tourné vers moi à environ 20 mètres. Il était juste à côté de la chevrette et la fuite de cette dernière ne la même pas fait démarrer. Je fais un pas en arrière pour être à nouveau caché pas le bois, mets une vielle flèche et remets ma bonne flèche au carquois puis commence à avancer très lentement en rasant le bois jusqu'à ce que je ne puisse plus avancer sans être vu. Le ragondin n'a pas bougé. Je l'observe un moment puis il se décide à bouger et se retourne pour s'éloigner en parallèle du cours d'eau. Il avance de cul, tranquillement, à environ 4 mètres de la bordure du bois. Je m'avance derrière lui et tente de le rattraper sur la pointe des pieds mais en essayant d'avancer le plus vite possible en longeant le bois.

Je gagne vite du terrain mais alors que je suis à environ 15 mètres, il stoppe et se retourne pour regard vers moi. Je me fige, il se remet vite en marche sans vraiment presser le pas, je repars à sa poursuite et gagne encore un ou 2 mètres avant qu'il stoppe à nouveau et regarde vers moi. Je me fige à nouveau. Il repars, je me remets à le suivre et arme mon arc en avançant. Alors que je suis à environ 8 ou 9 mètres de lui, il stoppe à nouveau et se tourne plein travers vers la rivière, j'aligne ma visée, il commence à s'avancer vers la bordure boisée, je le suis dans mon viseur et décoche. Ma flèche le traverse plein coffre et le ragondin saute et se tord puis retombe lourdement et fonce dans le bois puis je l'entende tomber à l'eau et se débattre un moment avant que le calme revienne. Je pars chercher ma flèche qui est partie dans la bordure boisée de la rivière qui bifurque à 90° à gauche quelques mètres après l'endroit où se trouvait le ragondin. Ma flèche étant introuvable, je décide d'aller voir si je retrouve mon ragondin. Je traverse les épines noires qui bordent la rivière par une coulée de gibier et arrive au bord de l'eau, au sommet d'un talus qui domine un trou d'eau laissé par la sécheresse. Mon ragondin n'est pas visible mais des bulles et du sang remontent à 2 mètres du bord au milieu de l'eau boueuse remuée par l'agitation du ragondin. J'attrape une branche, descends au bord de l'eau et attrape mon ragondin en raclant le fond puis le ramène au bord avant de le remonter sur le talus et de le sortir des épines. Je le laisse sur la bande enherbée et poursuis ma route vers les peupliers. Je passe la haie qui les sépare du champ puis longe la rivière asséchée sous les grands arbres pour rejoindre un passage me permettant de traverser la rivière pour rejoindre le coin du bois de Bourras. En descendant dans le lit partiellement asséché de la rivière, je constate que les sangliers viennent régulièrement se baigner dans les flaques et aperçois quelques traces qui semblent fraîches.

Je remonte le talus de la rivière et sors sur le champ au coin du bois dans une végétation haute et touffue qui borde la rivière. Le vent souffle de façon soutenue en venant de ma gauche, je m'avance tranquillement sur le champ. La végétation et les arbres sont agités par le vent mais la végétation du bord de la rivière à ma gauche est agitée d'une façon qui m'intrigue. J'observe un instant ce secteur et comprends vite que plusieurs animaux se déplacent. J'accroche mon décocheur et m'approche doucement, le vent est bon. En arrivant près de la végétation, j'aperçois plusieurs marcassins fouillant le sol au milieu d'une zone de végétation couchée sur quelques m². Je m'approche tout doucement sans être repéré jusqu'à 5 ou 6 mètres. J'arme doucement mon arc et attends que l'un d'eux se tourne plein travers. J'aligne ma visé sur l'un d'eux qui se positionne bien en 3/4 arrière juste au bord de la végétation couchée sur ma gauche. Ma visée calée derrière son épaule, je décoche mais au même moment un autre passe derrière lui. Touché, le marcassin couine et démarre. Les marcassins, affolés et ne sachant pas d'où vient le danger, partent dans tous les sens, 2 foncent vers moi et passent, un au ras de mon genoux droit et l'autre un peu plus loin à ma gauche pour bifurquer ensuite vers le bois de Bourras. J'entends aussi démarrer des gros sangliers dans le lit asséché de la rivière, ils ne partent pas très vite et soufflent, s'arrêtant régulièrement sans que je puisse les voir à cause de la végétation. Mon marcassin cri un instant sur place alors que je réencoche et attends immobile. Le calme revenu, je pars contrôler mon tir. Le marcassin a tourné autour d’une touffe de végétation pour mourir à l'endroit du tir. Il a fait à peine 2 mètres. Ma flèche rentre au défaut de l'épaule et ressort de l'autre côté dans le cou. Je pars chercher ma flèche mais elle est introuvable, je cherche un moment une éventuelle piste de sang dans la végétation au cas où le second marcassin aurait été touché mais ne trouvant rien, je récupère mon marcassin et pars récupérer mon ragondin pour faire quelques photos souvenir.

Un ragondin aussi gros qu'un sanglier

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS