Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 09:57

Ce matin, je décide d'aller chasser le secteur où j'organise chaque année une battue pour les archers. Je me gare sur le chemin de terre qui permet d'accéder au bois en passant au-dessus de l'Osse par un petit pont. Je me prépare tranquillement alors que le jour se lève à peine puis pars en direction du petit pont. Les 2 côtés du chemin sont bordés par du blé. Juste avant le pont, j'aperçois, à environ 100 mètres sur ma droite, sur la bande enherbée broyée qui sépare le blé de la rivière, une silhouette sombre qui ressemble fortement à un chevreuil couché en travers de la bande enherbée avec sa tête redressée. Je me fige et recule doucement puis rejoins un passage de tracteur qui longe à environ 6 mètres de la bande enherbée puis commence à m'avancer doucement. Le blé me cache ce que je pense être un chevreuil, le bruit d'eau de la rivière masque un peu mon approche. A mi-chemin, je me décale doucement à gauche et me rends compte que la forme n'a pas bougée et qu'il s'agit bien d'un chevreuil. Je reprends mon approche tout doucement et réussis à me positionner à 6 ou 7 mètres du chevreuil couché dont je ne peux voir que les bois magnifiques et les oreilles. C'est un magnifique 6 pointes dépassant bien les oreilles. J'arme doucement mon arc et attends en espérant voir se lever le brocard. Au bout d'un court instant, je sens un léger vent sur ma nuque et la sanction est immédiate, le brocard se lève dans l'instant et fonce dans le mouvement, sans me laisser le temps d'aligner ma visée, le long de la bande enherbée pour disparaître, 200 mètres plus loin au niveau d'une haie qui délimite la culture.

Je fais donc demi-tour et traverse l'Osse pour longer le blé de l'autre côté. Pas de chevreuil dans le secteur. J'arrive à un bosquet qui délimite le bout du blé et le suis pour rejoindre la bordure de la vielle Osse qui coule plus ou moins en parallèle de l'Osse. Les chevreuils ne semblent pas de sortie mais des aboiements se font entendre de l'autre côté du cours d'eau bordé par une épaisse bande boisée. Je rejoins un peu plus loin une passerelle qui traverse la rivière pour rejoindre une palombière située au milieu d'une bande boisée Je passe la palombière et ressors du bois sur un semé de soja à peine levé. Rien en vue, je pars vers la droite et passe un passage dans une grosse haie qui relie la bande boisée à un grand bois sur ma gauche. La haie passée, j'aperçois au loin une silhouette sombre qui passe derrière le relief du champ semé de soja. N'ayant pas identifié l'animal, je tente de me rapprocher mais me rends vite compte qu'il s'agit de corbeaux. Je fais demi-tour et pars en longeant la bande boisée occupée par la palombière. Je rejoins un peu plus loin une autre grosse haie perpendiculaire au bois et qui rejoint aussi le bois un peu plus haut. Je la longe à la recherche du passage qui permet de la traverser mais la végétation a bien poussé et je peine à le trouver. Le passage trouvé, je traverse la haie et ressors dans une grande prairie non fauchée. L'herbe haute couverte de rosée ne permet pas de voir un chevreuil, je décide de traverser cette prairie pour rejoindre un autre champ de blé de l'autre côté d'une grosse haie à environ 100 mètres. J'avance tranquillement quand des aboiements retentissent et j'ai à peine le temps d'apercevoir le dos d'un chevreuil passer dans le creux de la prairie qui borde la haie. Je me rapproche mais le chevreuil a disparu.

Je longe la haie en direction d'un passage un peu plus haut, en bordure d'un bois. Je prends ce passage et rejoins le champ de blé. Je suis déjà trempé à cause de la rosée. Je prends le premier passage de tracteur qui longe à 10 mètres de la haie et le suis doucement. Plus loin, au coin du blé, une grosse coulée très marquée m'interpelle, je la suis et m'avance ainsi vers la haie pour tomber sur des terriers de blaireaux très fréquentés. Je repars en chasse en longeant le passage de tracteur qui bifurque à 90° à droite en suivant la bordure des céréales. Je passe une habitation sur ma gauche puis suis un peu le chemin d'accès qui rejoint la route de Courrensan avant de le traverser pour rejoindre une autre grande parcelle de blé. Je prends le passage de tracteur qui longe la bordure gauche en direction du bois de Bourras. Toujours pas de chevreuil. En longeant le bois dans le blé, j'arrive à nouveau au bord de la vieille Osse et commence à la suivre par le premier passage de tracteur à environ 10 mètres du bord du blé. Tout à coup, j'aperçois très furtivement une tête de chevreuil surgissant du blé à environ 100 mètres, près de la rivière. La tête ayant disparue aussi vite qu'elle était apparue, je m'avance assez rapidement vers l'endroit où je l'ai aperçu. Je fais ainsi 40 mètres avant d'apercevoir à nouveau la tête du chevreuil, c'est un petit brocard, les choses sérieuses commence, il est encore à 60 mètres environ et avance doucement dans le blé en longeant à 2 ou 3 mètres de la bordure du blé. J'avance voûté assez rapidement dès qu'il avance pour tenter de réduire la distance et me baisse dès qu'il s'arrête  pour manger tout en le surveillant. Je gagne rapidement du terrain. Alors qu'il n'est plus qu'à 20 mètres environ, il commence à biaiser pour sortir sur la bande enherbée et j'avance assez vite vers lui. J'arrive à 10 mètres de lui alors qu'il sort sur la bande enherbée et me baisse. Il broute tête baissée et son dos dépasse bien du blé Je me redresse en armant mon arc et aligne ma visée. Au même moment, il redresse la tête et la tourne vers moi mais ma flèche est déjà partie et le frappe.

Il démarre en trombe, la plaie d'entrée est bien visible au milieu de son flanc. Il longe le blé sur environ 35 mètres, commence à montrer des signes de fatigue puis saute derrière des repousses de colza, en bordure de la culture et disparaît. J'attends un court instant sans bouger puis me dirige vers l'endroit du tir pour tenter de retrouver ma flèche.

3ième sortie et premier brocard de la saison, 4 juin 2016

Arrivé au bord de la rivière, je cherche un moment ma flèche sans succès avant de décider d'attaquer ma recherche. Pas la moindre goutte de sang à l'endroit du tir. Je prends donc la direction de fuite en direction de la touffe de colza.

3ième sortie et premier brocard de la saison, 4 juin 2016

Je trouve les premières gouttes de sang à environ 20 mètres du départ de la recherche.

3ième sortie et premier brocard de la saison, 4 juin 2016

Je commence à suivre ces gouttes qui ne sont pas très nombreuses mais assez faciles à pister.

3ième sortie et premier brocard de la saison, 4 juin 2016
3ième sortie et premier brocard de la saison, 4 juin 2016

La piste s'intensifie peu à peu.

3ième sortie et premier brocard de la saison, 4 juin 2016
3ième sortie et premier brocard de la saison, 4 juin 2016
3ième sortie et premier brocard de la saison, 4 juin 2016

Juste avant le colza, comme prévu, la piste prend à gauche et rentre dans une végétation plus abondante qui a bien marquée le passage du brocard.

3ième sortie et premier brocard de la saison, 4 juin 2016

Je le retrouve quelques mètres plus loin, mort en boule dans la végétation.

3ième sortie et premier brocard de la saison, 4 juin 2016

Ma flèche rentre au niveau du foie sans toucher la panse ou les intestins et ressort au défaut de l'épaule opposé en traversant les poumons. Il n'aura fait que 40 mètres.

3ième sortie et premier brocard de la saison, 4 juin 2016

Je le dégage et appose mon premier bracelet de la saison avant de lui rendre les honneurs et de prendre quelques photos souvenir.

3ième sortie et premier brocard de la saison, 4 juin 2016

J'attache ensuite ses pattes et le charge sur mon épaule pour revenir vers la voiture. Je longe la vielle Osse presque asséchée, la traverse au coin du bois puis traverse la plantation de peupliers pour revenir vers le blé et longer l'Osse pour rejoindre ma voiture où je dépose mon brocard.

Il est encore tôt et je décide d'aller faire un petit tour de repérage sur une grande parcelle de blé un peu plus loin. Je longe donc la route de Vic Fezensac puis bifurque sur la route de Courrensan que je remonte doucement en surveillant une étroite bande de blé à droite, prise entre la route et un bosquet et la grande parcelle à gauche. Rapidement, j'aperçois une tête de chevreuil à environ 200 mètres sur ma gauche dans le blé. Il semble regarder vers moi, je continue à longer la route comme si de rien n'était et passe derrière le talus du fossé qui s'élève très vite et me cache maintenant. J'en profite pour avancer un moment à couvert puis remonte sur le talus pour longer doucement le blé. Le chevreuil regarde toujours vers moi, on dirait une chevrette. Je décide de continuer à longer le blé comme si je ne l'avais pas vu quand j'aperçois un autre chevreuil qui sort d'une vigne un peu plus haut sur la droite des céréales. Il s'avance dans le blé à environ 200 mètres. Je m'avance vite contre le talus de la parcelle de vigne qui s'avance dans le blé et le longe ainsi à couvert. Arrivé au bout du talus, le chevreuil a disparu, j'avance doucement dans le blé par le passage de tracteur qui en longe la bordure mais, je ne pourrai qu'apercevoir furtivement le dos du chevreuil se débinant derrière la bosse du champ. Je traverse donc le champ pour rejoindre un chemin de terre à plus de 200 mètres qui redescend vers la route de Vic.

En suivant doucement le chemin, je réaperçois la tête du chevreuil vue tout à l'heure. Il semble que ce soit une chevrette mais je décide de tenter l'approche. J'avance voûté jusqu'au passage de tracteur qui passe le plus près du chevreuil puis m'avance dans ce dernier en me baissant dès que le chevreuil risque de me voir. J'arrive ainsi à environ 20 mètres de la chevrette que j'observe un instant debout sans me cacher avant qu'elle ne me repère et file à travers blé vers la route. Je décide de changer de secteur et pars faire le tour d'une très grande parcelle de céréale de l'autre côté de la route en face de ma voiture. Toujours rien, le soleil commence à bien taper. Je rentre.

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS