Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 10:42

Ce matin, je décide d'aller faire un tour sur Labéjan pour faire un petit tour de repérage avant l'ouverture de demain. J'ai récupéré 5 bracelets de tir d'hiver pour cette saison et cela fait plusieurs jours que je tourne dans le secteur pour chasser le renard mais aussi pour connaître un peu la population de chevreuil qui a pas mal baissé. Je me gare sous la digue du lac un peu avant 7 heures, me prépare et pars en longeant la droite du lac. Des canards décollent en cancanant et font une boucle pour revenir me passer au-dessus par petits groupes. Dans la faible luminosité, j'aperçois une masse sombre qui longe la berge opposée puis surgit de l'eau en un éclair pour foncer vers le pied d'un arbuste dont les branches basses tombent généralement dans l'eau quand le niveau du lac est plus haut. Je continue tranquillement et rejoins le bord de la parcelle de maïs et commence à la longer. Arrivé au bout de la culture sans avoir vu d'animaux, je longe maintenant le ruisseau d'alimentation et aperçois un ragondin qui se débine dans l'eau boueuse. Pas le temps d'armer, il passe derrière des arbustes, je presse le pas et me poste après les arbres en espérant qu'il ne sera pas rentré dans un des terriers du secteur mais rien ne vient, je tente quelques cris de petits ragondin mais toujours rien. Je reprends ma progression quand j'aperçois un renard qui remonte vers la crête de droite au travers d'un champ travaillé. La luminosité est encore faible et je décide de tenter de longer un peu la haie qui borde le ruisseau pour me rapprocher un peu alors que le renard vient de passer dans un creux du champ. 2 buses décollent de l'endroit où doit se trouvait le renard. Arrivé au niveau du passage busé qui traverse le ruisseau, je tente des cris de souris, posté contre la haie mais le renard que je vois à nouveau ne semble pas réceptif et il finit par me repérer alors que je bouge et file vers la crête au trot où il disparaît.

Je reste sur la droite du ruisseau et continue à le longer alors qu'il borde maintenant un grand bois. Plus loin, je rejoins une grosse haie qui part du bois et rejoint un gros bosquet. Je la suis, regarde, un peu plus loin, au travers de cette dernière au niveau d'un passage. Rien en vue, je fais le tour du bosquet en remontant vers la crête sans rien voir. Je redescends vers une mare en contrebas. L'eau bouge, je m'approche doucement mais ne vois pas de ragondin, seules des grenouilles animent le petit plan d'eau. Je suis le fossé du déversoir de la mare jusqu'à un petit lac entouré d'une bande boisée. Je rentre dans cette bande et arrive au bord du lac. Rien ne bouge, je tente des cris de petit ragondin, une poule d'eau vient vers moi sur 5 mètres en longeant la berge puis rentre à couvert à environ 40 mètres. Une autre poule d'eau s'avance sur l'eau un peu plus loin puis revient à couvert. Pas de ragondin, je fais demi-tour puis remonte vers la crête suivante à travers un semé. Je redescends à découvert vers un ru qui rejoint le grand bois quand j'aperçois 4 chevreuils près d'un bosquet sous le crête suivante dans une grande friche qui borde le grand bois. Je scrute la friche et aperçois un autre chevreuil à ma droite, à environ 400 mètres, contre la haie qui sépare la friche d'une parcelle de soja et qui remonte vers la crête. Je décide de me rapprocher pour savoir si c'est un mâle ou une femelle. Je passe derrière la crête du champ et avance ainsi à couvert jusqu'à avoir dépassé la haie puis redescends vers une mare qui se trouve au départ de la haie et d'où part le ru qui rejoint le bois. 2 autres chevreuils arrivent par le milieu de la pente côté droit. Je continue à descendre, ils finissent par m'apercevoir et se figent pour m'observer alors que je descends toujours puis finissent par fuir vers un petit bosquet en long qui longe la crête au-dessus du soja. C'est une chevrette et son jeune.

En arrivant près de la mare, je constate que l'eau bouge derrière la végétation. Je m'approche doucement en me préparant à armer mais une cane colvert me repère avant que je ne puisse la voir et s'envole alors que j'étais à peine à 5 mètres. Je m'avance vers la haie au travers d'une végétation très haute et très dense. Un sanglier et venu se rouler dans le coin et a écrasé une partie de cette végétation luxuriante. Arrivé à la haie, je me décale doucement vers la gauche pour tenter de surprendre le chevreuil mais aperçois juste furtivement sa tête qui passe la crête, c'était une chevrette. Je remonte en suivant la haie, passe la crête, traverse un retour du soja et débouche sur un champ travaillé. Je redescends à gauche vers un champ de tournesol en suivant une haie épaisse. La haie bifurque à droite sur 40 mètres puis reprend sa direction d'origine. Dans cet angle le tournesol a été complètement couché sur 200 m² environ, certainement par les sangliers. Je passe les 2 angles de la haie puis continue à descendre vers le fond de la combe. En arrivant à 30 mètres du bout de la haie, je fais démarrer un animal sur environ 20 mètres dans le tournesol, qui remonte sur le penchant suivant, sans pouvoir le voir. Je continue à descendre doucement et finis par apercevoir un jeune brocard, plein travers à 40 mètres dans le tournesol complètement envahi par une végétation haute et épaisse. Il m'observe un moment puis de débine et disparaît dans le tournesol. Je finis de descendre puis remonte à travers le tournesol par un passage d'environ 1 mètre de large où le sol est à nu suite à un ravinement provoqué par un orage au moment du semi. Je biaise maintenant à droite vers un petit bois pris dans le tournesol et se poursuivant par une grande pointe de ronces couvrant un talus abrupt qui fait une cassure dans le champ de tournesol. 2 chevreuils démarrent à environ 40 mètres, foncent vers les ronces, s'arrêtent un instant puis font demi-tour pour se débiner dans le tournesol vers un autre bois sur l'autre côté du champ. Je continue à remonter vers la crête en suivant les ronces et en regardant s'éloigner la chevrette et son petit qui finissent par disparaître.

Je rejoins le chemin de crête qui délimite le territoire de chasse et le suis. J'aperçois sous le bois où sont partis les 2 chevreuils, 2 autres chevreuils qui broutent le long du fossé qui borde le bas du bois. Je descends vers le bois et me poste à l'angle pour observer les chevreuils. Il y en a 3 en fait, une chevrette et ses 2 jeunes. Je ramasse une herbe, pose mon arc au sol, coince l'herbe entre mes pouces et tente d'appeler. La chevrette fonce vers moi sur 10 mètres puis se fige, regarde ses jeunes puis tout ce petit monde rentre au bois. Le tonnerre gronde au loin et des éclairs commencent à fendre le ciel, je décide de revenir vers la voiture. Je descends vers le fond de la combe et rentre dans le grand bois par un passage que j'ai ouvert au sécateur la semaine dernière pour suivre une coulée sur le bord de laquelle des arbres sont couverts de boue sèche, un sanglier passe par là. Cette coulée me conduit vers un chemin forestier qui longe le bas du bois et me fait ressortir au bord du ruisseau qui alimente le lac. Je suis le ruisseau par la droite puis rentre dans le bosquet qui borde le départ du lac. Je rentre par une grosse coulée qui longe le lac et la dégage avec mon sécateur pour pouvoir progresser facilement durant la chasse.

Un bruit de voiture se rapproche et j'aperçois des chasseurs qui viennent lâcher des faisans pour l'ouverture au coin du maïs. Ils repartent tranquillement alors que je ressors du bois et me dirige vers où j'ai vu rentrer le ragondin ce matin. Arrivé à l'arbuste, je me fraye un passage dans les branches basses, en suivant une coulée marquée sur laquelle je trouve des crottes toutes fraîches de ragondin, au sécateur et aperçois un terrier qui n'existait pas l'an dernier. Il semble longer la berge derrière une grosse racine. Je décide d'aller chercher mon sac à dos à la voiture, il contient une petite pelle pliante, une petite gaffe et mon lancer. Je reviens ensuite avec mon matériel, Je lève un lièvre dans le champ, il part vers le bois. Il m'a laissé passer à 5 mètres de lui sans bouger tout à l'heure. En arrivant au terrier, j'enlève mon décocheur pour ne pas l’abîmer et prends ma pelle pour creuser derrière la racine. Je tombe vite sur le terrier mais constate qu'il bifurque à 90° et part sous la bande enherbée. Il n'est pas vieux et ne doit pas être très profond. Je tente de boucher le terrier par le trou que je viens de creuser puis ressors de sous l'arbuste puis recommence à creuser à 1.5 mètres du premier trou, sur la direction du terrier. 70 cm plus bas, je retombe sur la galerie qui continue vers le champ. Je dégage un maximum l'accès au terrier puis le sonde avec ma gaffe mais côté champ, elle est trop courte, je pars donc chercher une branche de peuplier un peu plus loin et sonde le terrier qui n'est en fait pas très profond. Rapidement, je touche le ragondin qui démarre et passe au ras de ma main. Je me redresse vite pour attraper mon décocheur et mon arc mais trop tard, je ne peux que regarder le ragondin disparaître, tranquillement, coté entrée du terrier. Je tente de le déloger avec la gaffe mais il défonce la terre qui bouchait l'entrée et sort du terrier pour se caler sous les branches basses. Je me précipite et le cherche en faisant le tour du buisson mais ne le vois pas. Je rentre sous le buisson, il démarre et je l'entends, sans le voir, plonger dans le lac.

Je me précipite au bord du lac et surveille la surface de l'eau un moment. Rien ne bougeant, je décide de me décaler doucement vers les terriers du départ du lac pour barrer cette possibilité de fuite mais le ragondin finit par refaire surface près de la berge opposé au milieu du lac, à environ 100 mètres. Je pars en courant vers le départ du lac, traverse à grandes enjambée le terrain boueux ou ruisselle un filet d'eau en espérant ne pas me planter dans la vase puis cours au bord de l'eau vers le ragondin en le surveillant. Il plonge régulièrement et remonte vite en se rapprochant peu à peu de la berge, je profite de chaque plongée pour avancer en courant et stoppe à chaque remontée. Je finis par arriver près de l'endroit où il a plongé la dernière fois. Je m'avance un peu et me poste. Je suis complètement essoufflé et tente de reprendre mon souffle avant d'armer. Le ragondin remonte à quelques mètres et regarde vers moi puis replonge, j'arme mon arc, il remonte près de moi mais replonge aussitôt sans que j’aie le temps de décocher. Je désarme et surveille un moment la surface du lac. Il finit par remonter au milieu du lac plus près de la digue. Il replonge, je remonte sur la bande enherbée qui longe le lac et cours vers la digue en le surveillant. Il plonge et remonte tous les 10 mètres environ. Je stoppe à chaque remontée et finis par passer derrière la digue où je cours à couvert pour me positionner en face d'une grosse coulée qui traverse le milieu de la digue pour rejoindre le départ du ru sous la cabane de pompage. Je me poste à moitié caché derrière la digue, le vent souffle dans mon dos. Le ragondin remonte à environ 60 mètres et se fige sur l'eau un long moment. Il m'a repéré, je décide de m'avancer vers lui pour le faire repartir et jette un gros caillou à l'eau, il replonge et repars vers où je n'ai pas pu le tirer tout à l'heure toujours en plongeant et remontant régulièrement.

Demi-tour, je repars en courant pour aller me poster derrière les grands peupliers qui bordent le lac. Le ragondin remonte à 30 mètres de la berge et replonge, je descends rapidement vers le bord de l'eau. Il remonte à 12 mètres de la berge et m'aperçois, il commence à pivoter de 3/4 arrière en surface. J'arme, vise et décoche mais ma flèche ricoche sur l'eau et le manque. Il plonge et disparaît un moment puis finit par réapparaître, comme tout à l'heure, au milieu du lac à 60 ou 70 mètres de la digue. Je repars en courant mais cette fois je me poste à l'angle de la digue derrière quelques arbustes. Le vent qui agite la surface de l'eau rend difficile le repérage du ragondin au milieu des vaguelettes. Au bout d'un moment, je le perds de vue après un plongeon. Le temps passe et impossible de le revoir, je finis par décider de longer la digue pour tenter de le retrouver. J'avance tranquillement en scrutant la surface de l'eau et le bord de la berge. J'ai passé la grosse coulée de 20 mètres quand une impression bizarre me fait regarder en arrière. Le ragondin est calé contre la berge juste en face de la coulée. Je repasse vite derrière la digue, avance rapidement jusqu'à la coulée, arme mon arc et m'avance doucement vers le lac. Le ragondin est là en contrebas, ma visée s'aligne, je décoche. Touché, il plonge dans un gros nuage de sang et remonte rapidement à 10 mètres de la digue, se débat à peine et s'immobilise. Le vent le ramènera au bord, je pars chercher mon sac à dos laissé au terrier. Arrivé sur place, je rebouche mon trou puis attrape mon lancer pour tenter d'attraper ma première flèche qui dérive vers la digue, poussée par le vent. Elle est trop loin. Elle semble plus proche de l'autre rive, je fais donc le tour par la digue et récupère au passage ma flèche plantée sous l'eau près de la berge et mon ragondin revenu au bord puis pars chercher mon autre flèche. Je dois m'avancer de 10 mètres dans l'eau peu profonde pour arriver à l'atteindre avec mon lancer et finir après plusieurs lancers à la ramener au bord. Il est bientôt 11 heures, ce ragondin m'aura bien fait courir et je sais que les chevreuils sont dans le secteur, il est temps de rentrer.

Triathlon ragondinesque pour préparer l'ouverture, 12 septembre 2015

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

GERS 32

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

LASBATS CHISTINE : 

06 45 35 50 42

 

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS