Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 12:37

Vendredi soir, en sortant du boulot, je passe rapidement à la maison pour prendre mes affaires préparées la veille et Hémo puis pars pour le Lot où je vais passer 2 jours à chasser le renard et le chevreuil chez Thierry qui m'a invité. Je commence par m'arrêter à Concots, chez Arnaud qui tient HAVA Archerie pour changer la corde de mon arc qui, après 2 ans de loyaux services et 2 séjours en Guyane, commence à être bien fatiguée. J'arrive chez Arnaud vers 20 heures et il se met rapidement au travail. La corde changée et mon arc reréglé, Arnaud m'invite à manger un bout avec lui et sa femme et je décolle vers 23 heures de chez eux pour arriver chez Thierry vers minuit. En route, j'ai croisé plusieurs renards. Je retrouve également Renaud avec qui Thierry était venu s'essayer à la chasse du chevreuil dans le Gers suite au gain de ce séjour de chasse à la tombola d'Archasse. Thierry habite en plein milieu des bois. Nous discutons un peu sur la terrasse en prenant un verre avant de décider d'aller nous coucher. La nuit sera courte car le réveil va sonner à 5 heures demain matin.

Ne trouvant pas rapidement le sommeil et m'étant réveillé plusieurs fois pendant la nuit, le réveil est un peu dur. Je me prépare rapidement avant de descendre retrouver mes collègues pour le déjeuner et le débriefing du matin. Un ami de la famille de Thierry, encore trop jeune pour avoir son permis de chasse va nous accompagner à la chasse durant ce séjour. Renaud est surexcité, il a dormi à la belle étoile et a été dérangé par des animaux pendant la nuit. Des chevreuils ont aboyé pas loin et un petit sanglier ou un blaireau est passé près de lui, le temps d'allumer sa lampe, il a juste vu son arrière train disparaître dans la végétation. Le déjeuner pris et les derniers préparatifs réalisés, nous partons à pied de chez Thierry qui habite en plein milieu de son territoire. Nous prenons tous les 4 un chemin forestier avant de former des groupes de 2 un peu plus loin. Thierry m'accompagne. Nous prenons un chemin forestier, la luminosité croit doucement, le temps est couvert. Nous nous arrêtons un peu plus loin pour observer une parcelle de luzerne à environ 100 mètres en contrebas du chemin. Une zone dégagée la précède en 2 parcelles de bois. Le bois de gauche est bordé par une petite plantation de grands noyers sous lesquels le sol est à nu. Nous avons donc une très bonne vision du secteur. Thierry repère un chevreuil aux jumelles dans la luzerne près du bois qui la borde en limite basse. Un lièvre traverse la zone dégagée et rentre au bois de droite. Nous décidons de tenter une approche, le vent est bon, nous longeons le bois de droite en essayant de rester silencieux puis au bout de 50 mètres, Thierry me laisse partir seul. Le chevreuil avance tranquillement vers la lisière du bois que je longe et passe derrière un gros tas de branches. J'en profite pour presser le pas mais le lièvre surgit du bois et part en trombe vers le chevreuil qui est encore à 60 mètres environ. Ce dernier relève la tête et me voit ce qui provoque immédiatement sa fuite vers le bois en aboyant. Je tente quelques appels aux Buttolo mais les aboiements s'éloignent et rien ne vient. Je remonte. Il m'a semblé que c'était une chevrette et demande confirmation à Thierry qui confirme mon impression. Nous reprenons le chemin en surveillant les zones dégagées sur ses côtés.

Pas d'autre chevreuil malgré quelques pauses pour appeler au Buttolo. Nous arrivons sur une route, Thierry appelle Renaud qui est surexcité, un beau brocard venu à l'appeau vient de lui passer au trot à 2 mètres et lui tourne autour. Nous décidons de le laisser chasser et partons de notre côté. Les pauses pour appeler s’enchaînent sans succès. Thierry décide que nous aurons plus de chance en nous séparant sur un secteur qu'il pense prometteur. Il me dirige vers un chemin de terre qui longe à droite d'une friche et un bois sur ma droite.

Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet

Thierry m’a dit que nous retrouverions au niveau d'un champ au bout du chemin, il part à ma gauche sur un autre chemin de terre de l'autre côté de la friche. J'avance doucement en essayant de ne pas faire crisser les cailloux du chemin puis bifurque pour rentrer un peu dans le bois en pente qui descend vers une grande parcelle de luzerne. Je tente d'appeler un moment mais rien ne vient et je retourne sur le chemin pour continuer à avancer. La friche fait place à un bois et le chemin est maintenant bordé sur ses 2 côtés par la forêt. J'avance doucement et aperçois un peu plus loin un lièvre assis sur le chemin.

Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet

Je m'approche doucement par le chemin, appareil photo à la main et arrive ainsi à environ 25 mètres du lièvre toujours assis mais qui m'a repéré.

Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet

Il finit par démarrer et s'éloigne rapidement en suivant le chemin. Je le perds vite de vue dans le virage. Un peu plus loin, le bois de chêne est assez clair sur ma gauche. Je décide de tenter un petit affût Buttolo. Ne voyant rien venir, je quitte mon poste et reprends ma progression sur le chemin. Peu à peu la bande boisée de droite se rétrécit et laisse apparaitre la luzerne au travers des branchages. Je cherche une tache rousse au milieu du vert quand des coups de Buttolo retentissent sur ma droite et rapidement des aboiements se font entendre et s'éloignent. Je comprends vite que Renaud n'est pas loin, il tente de faire revenir le brocard en aboyant et en jouant du Buttolo mais les aboiements s'éloignent rapidement et avec eux mes espoirs de voir un chevreuil dans cette luzerne qui me semblait prometteuse.

Un peu plus loin, le chemin débouche sur le champ en herbe annoncé par Thierry. Je n'ai pas pensé à demander à ce dernier où nous devions nous retrouver et je prends donc à gauche pour tenter de recouper son chemin forestier. J'avance tranquillement dans la prairie quand j'aperçois une chevrette et son faon qui passent le sommet de la butte du champ à environ 70 mètres. Le temps de prendre mon appareil photo, elle se tourne et me voit ce qui provoque sa fuite immédiate vers le bois à ma droite. Je me dirige vers l'entrée au bois puis m'avance doucement à couvert et tente des appels qui restent sans réponse. Je ressors donc du bois quand un coup de Buttolo retentit un peu plus loin à environ 40 mètres. En tournant la tête j'aperçois Thierry et le rejoins, il avance toujours sur son chemin de terre. Il vient de faire venir une chevrette au Buttolo à 10 mètres. Il décide que nous allons partir prospecter une autre partie du territoire de l'autre côté d'une grande départementale, nous traversons donc cette route un peu plus loin puis passons le long de bâtiments agricole pour rejoindre un chemin de terre qui longe des bois à droite et des parcelles ouvertes à gauche. En arrivant près d'une bande de bois de 20 mètres de large environ qui rejoint le chemin à gauche, nous entendons marcher dans les feuilles mortes et tentons d'apercevoir l'animal sans succès. Je m'avance doucement sur le chemin en surveillant l'intérieur du bois mais impossible de voir cet animal qui pourtant avance toujours. C'est peut être un merle. Arrivé au bout de la bande boisée, je me cale derrière quelques arbres qui longent le chemin. J'ai une bonne vision sur une grande friche entourée de bois et ponctuée de buissons. Au cas où, je tente quelques appels au Buttolo et très rapidement, un bruit de galop retentit dans le bois sur la droite de la friche. Une chevrette déboule dans la friche, je continue à appel en prenant mon appareil photo. Elle vient s'arrêter à 7 ou 8 mètres derrière les arbres qui me camouflent. Encore un appel et elle s'avance

Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet

et se plante à découvert, elle regarde vers moi et tente de m'apercevoir en baissant relevant alternativement la tête.

Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet
Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet

Au bout d'un moment, la chevrette se retourne et part au pas pour s'immobiliser à nouveau derrière les arbres qui me cachent. Je passe rapidement mon appareil photo en mode vidéo tout en redonnant un coup de Buttolo et commence à filmer au travers des feuillages. La chevrette se ravise et revient se positionner comme tout à l'heure et regarde vers moi un moment puis repart tranquillement derrière les arbres pour s'arrêter à nouveau et m'observer.

Pendant ce temps, Thierry s'est rapproché et je lui montre du doigt la chevrette qui finit par repartir d'où elle venait en aboyant. Elle aboiera un moment dans le bois alors que nous reprenons notre progression. Un peu plus loin, le chemin forestier fait un T et nous décidons de tenter de rappeler au Bottolo, Thierry pars se poster à genoux à gauche à environ 15 mètres de moi, plaqué contre le bois sur la droite du chemin alors que je reste au carrefour, contre le bois. Je commence à appeler et, rapidement, je vois que Thierry se prépare, je n'ai pas encore entendu l'animal mais visiblement quelque chose arrive, je cale mon appeau contre la poignée de mon arc pour pouvoir continuer à appeler même si j'arme mon arc et continue à appeler en le pressant contre mon arc par petits à-coups espacés. Thierry arme son arc et je stoppe un instant mes appels mais le temps passe sans qu'il ne décoche, je recommence donc à appeler mais brusquement, l'animal qui a vu ou senti quelque chose fait volte-face et s'enfuit pour traverser le chemin à environ 35 mètres après Thierry et s'enfoncer dans le bois de l'autre côté. Il m'a semblé voir une chevrette, Le chevreuil aboie rageusement en contrebas. Je reprends mes appels et les aboiements se rapprochent un moment mais finissent pas s'éloigner et nous décidons de quitter notre position pour continuer notre progression.

Plus loin, nous débouchons sur un petit chaume et, quelque peu déconcentré de notre chasse, nous discutons à voix basse quand, à 7 ou 8 mètres devant nous, un renard surgit de derrière quelques arbres qui bordent le chaume également délimité par une clôture à mouton. Il stoppe à découvert contre le grillage et Thierry qui l'a vu avant moi m'interpelle, immédiatement, je tente d'armer mon arc mais alors que je termine mon armement le renard déguerpit dans la friche arbustive de l'autre côté du grillage. Nous partons vite nous poster de l'autre côté du grillage derrière quelques buissons et je tente de le rappeler mais sans succès. Nous repartons et reprenons un chemin dans le coin gauche du chaume. Un peu plus loin, ce chemin descend vers un petit pré enclavé dans le bois et j'aperçois un renard au travers des branchages. Il est entrain de muloter, je le montre à Thierry et décide de tenter une approche. Je descends rapidement le chemin jusqu'à arriver près du pré et me poste derrière quelques buissons à la fin du chemin.

Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet

Le renard est à environ 80 mètres, je commence à appeler en posant mes lèvres sur le dos de ma main et en aspirant pour imiter un petit animal blessé. Immédiatement, le renard lève la tête et fonce vers moi, j'accroche mon décocheur et me prépare mais il arrive d'un pas décidé et ne semble pas vouloir s'arrêter, il est à 20 mètres, j'arme mon arc. Il passe devant moi à moins de 10 mètres et je le suis dans mon viseur mais il continue et prend le chemin pour monter sur moi et je comprends qu'il ne s'arrêtera pas, je le suis toujours dans mon viseur et décoche alors qu'il vient de face droit sur moi à environ 7 mètres. Ma flèche le traverse trop en arrière dans le dos et ressort dans la patte arrière droite. Le renard fait volte-face et part péniblement vers la bordure gauche du bois. Il vacille au ras du bois puis rentre dans la végétation qui s'agite, à 15 mètres de moi, un court instant sur place avant que le calme s'installe.

Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet

Je me retourne vers Thierry et lui fais signe que c'est bon mais de sa position il a pu voir toute la chasse. Ma flèche est plantée au sol à l'endroit du tir et je pars la récupérer. Elle ne porte quasiment pas de trace de sang.

Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet

Je remets ma flèche au carquois et pars vers l'endroit où j'ai perdu de vue le renard. Des taches de sang ponctuent sa trajectoire de fuite de façon espacées, si je n'avais pas vu la scène je ne serais pas si confiant pour la recherche.

Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet

Je retrouve mon renard à peine 1 mètre à l'intérieur de la végétation du bord du bois. Quelques photos souvenir avant de repartir en chasse.

Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet

Nous repartons par le chemin forestier et débouchons un peu plus loin sur un grand chaume de blé encerclé de bois. Thierry part se poster sur la droite de l'arrivée du chemin, contre le bois et je décide de tenter de me poster sur la gauche dans une petite cache, derrière les restes d'une vielle balle de foin, au milieu de buissons noirs. Le vent vient de ma droite. Thierry est prêt, j'attaque les appels en surveillant le chaume mais, immédiatement, un galop retentit dans les feuilles mortes, un chevreuil arrive à ma gauche mais le vent n'est pas bon, je tente tout de même le coup en espérant qu'il va sortir à découvert et me tourne vers lui pour tenter de l'apercevoir au travers des épines épaisses mais il me sent rapidement, alors qu'il est à moins de 10 mètres et s'enfuit. Nous nous dépostons rapidement et faisons demi-tour pour nous reposter un peu plus loin dans le bois et tenter de le refaire venir mais mes appels resterons sans réponse. Le temps qui était couvert et relativement frais laisse peu à peu place à un grand soleil et la température grimpe vite. Nous décidons de commencer à rentrer.

Nous repartons vers le chaume puis le remontons jusqu'à la route en crête. Un bosquet en long sur notre droite semble prometteur et nous y rentrons pour nous poster. Je me place au bord d'une petite clairière et Thierry se place à environ 15 mètres sur ma gauche dans un passage ouvert dans la végétation. Alors qu'il est en train de se positionner, j'entends aboyer un chevreuil à ma droite en bas du bosquet. Thierry posté, je commence à appeler et rapidement un chevreuil se rapproche en aboyant. Je finis par le voir passer à environ 40 mètres, dans le champ devant moi au travers des branchages, c'est une chevrette et son faon. Je continue mes appels et elle rentre dans le bois pour venir vers moi en faisant beaucoup de bruits mais arrivé à environ 15 mètres dans les épines, elle fait volte-face et repars en aboyant dans le champ et déguerpit en suivant le bois, suivie par son jeune. Cette fois, nous rentrons, il fait maintenant très chaud et nous retrouvons Renaud et son apprenti chasseur qui de leur côté ont vu des brocards mais n'ont pas pu en flécher un.

Ce soir, après un bon repas et une bonne sieste pour récupérer de la courte nuit précédente nous nous préparons pour repartir en chasse. Cette fois, nous partons tous les 4 en voiture pour un autre secteur. Nous commençons par nous arrêter en haut d'un beau secteur mais le vent n'étant pas favorable, nous décidons d'attaquer cette zone par le bas. Nous laissons Renaud et son apprenti près d'une zone de grands champs de blé puis partons nous garer un peu plus loin pour chasser de notre côté. Le sol grillé par le soleil de la journée est très craquant. Nous commençons par nous poster contre un bosquet pour tenter quelques appels de Buttolo mais rien ne vient et nous continuons. Plus loin, nous rentrons dans un bois clairsemé et dont le sol est couvert d'herbe encore verte. Le secteur semble prometteur et nous nous postons à 10 mètres d'intervalle pour tenter quelques appels mais ici aussi rien ne vient.

Nous quittons donc nos postes et descendons vers le pré en contre bas puis commençons à longer le bois sur la droite quand j'aperçois une masse sombre au bord du bois et arrête Thierry pour la lui montrer, nous l'observons un moment et comprenons alors qu'il s'agit d'un très gros lièvre et j'en aperçois même un second à peine visible contre le bois.

Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet

Nous reprenons notre progression contre le bois et finissons par être repéré, les 2 gros lièvres s'élancent et rentrent à couvert dans le bois de l'autre côté de pré. En arrivant au bout du bois, nous tombons sur un chemin de terre séparant ce bois du suivant, nous le prenons et remontons en suivant le muret de pierres blanches qui borde la gauche du chemin. Le bois de gauche fait maintenant place à une prairie, une haie qui borde le muret nous camoufle. Thierry qui est devant moi m'interpelle tout à coup, il a vu 2 autres gros lièvres. En m'approchant, j'aperçois le premier sur sa droite par-dessus son épaule.

Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet
Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet

Le second est plus à gauche près de la bordure du bois.

Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet

Nous franchissons le muret de pierres et faisons déguerpir les 2 lièvres puis nous longeons le bosquet de gauche qui se termine dans un chaume de blé. Nous avançons tranquillement, le long d'une petite haie qui fait suite au bosquet et sépare le chaume de la prairie dans laquelle nous progressons et apercevons encore 2 autres lièvres dans le chaume. La densité de ces animaux est assez importante dans le secteur.

Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet
Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet

Nous continuons et sommes assez rapidement repéré par les animaux qui s'enfuient en remontant le chaume. Plus loin, nous rejoignons une route et prenons à gauche pour la suivre à bon vent. En arrivant au coin d'un petit bosquet qui borde la voirie, Thierry aperçois un renard dans un petit chaume de blé, ponctué de balles rondes de paille, qui fait suite au bosquet. Il est à environ 90 mètres dans le coin du chaume près du bosquet et avance vers les herbes hautes qui bordent le fond du champ. Nous décidons de tenter de nous rapprocher un peu pour l'appeler. Le renard s'est assis dans les hautes herbes au bord du chaume, nous nous avançons un peu puis rentrons un peu dans le bosquet clairsemé et dont le sol est couvert d'herbes hautes pour nous poster à genoux. Je décide de laisser tirer Thierry et me poste plus en arrière et plus près du chaume que lui. Sur la droite du bosquet un troupeau de brebis broute tranquillement. Je commence à appeler tout en surveillant le renard mais ce dernier ne s'intéresse pas du tout à nous, j'insiste un moment quand un bruit me fait tourner la tête à droite. Un autre renard s'était rapproché à quelques mètres de Thierry qui regardait comme moi vers le premier renard et nous a vu avant de faire brusquement demi-tour et de s'enfuir. Je continue d'appeler mais il ne revient pas et son compère assis dans les herbes hautes ne veut pas bouger. Je décide de tenter une approche et commence à longer le bois en direction du renard, le sol est craquant et je dois avancer très doucement pour limiter le bruit de ma progression. Une balle de paille s'aligne rapidement entre moi et lui et me permet d'avancer à couvert mais alors que je ne suis plus qu'à 40 mètres environ du renard, ce dernier se décide à se lever et s'éclipse tranquillement dans les herbes hautes. Je m'agenouille et tente de nouveau d'appeler mais il ne vient pas. Je fais demi-tour et rejoins Thierry resté en retrait.

Nous reprenons la route et avançons encore un peu jusqu'à dépasser un autre bois qui rejoint la route après le chaume. Un grand chaume s'étend de l'autre côté et nous regardons un moment sans y voir le moindre animal. Une des habitations à environ 250 mètres, sur la gauche du chaume, est animée, les éclats de voix fusent autour d'un barbecue. Nous décidons de tenter d'appeler au Buttolo dans le bois et passons la clôture à mouton puis nous nous avançons dans le sous-bois clair couvert d'herbe pour nous caler un peu plus loin en décalé comme à notre habitude pour augmenter nos chance de tir. Je commence les appels et immédiatement, un galop retentit en contrebas devant nous. Je regarde Thierry sur ma droite et constate qu'il a également entendu l'animal. Je reprends mes appels et aperçois une chevrette qui passe à un peu plus de 25 mètres devant nous au pas de course. Je continue mes appels, elle biaise pour remonter vers moi en faisant des pauses pour regarder dans ma direction puis arrivée sur ma gauche, elle me contourne en se rapprochant toujours en marquant des pauses d'observation et en repartant à chaque appel. Elle finit par arriver à quelques mètres de moi derrière des arbres et alors que je me penche doucement à gauche pour la voir, elle m'aperçois et déguerpit.

Nous quittons notre poste traversons la route pour nous poster dans une friche arborée, derrière nous un petit bosquet et devant nous une bande de pré puis un bois. Je commence les appels mais rien ne vient nous nous remettons donc en route et traversons le chaume où nous avons vu les 2 derniers lièvres. Un autre gros lièvre se promène près du bois qui délimite le haut de la prairie séparée du chaume par une clôture barbelé et une haie de quelques arbustes chétifs. Nous passons la clôture et le lièvre s'enfuit puis nous traversons la prairie desséchée pour rejoindre un chemin de terre qui remonte dans le bois. Rapidement sur notre droite un passage s'ouvre sur un champ de blé moissonné pris dans le bois et nous apercevons 2 renards mulotant au fond du chaume. Nous nous positionnons rapidement à genoux derrière le léger talus et les quelques herbes qui bordent le chemin. Je suis caché derrière les arbres du coin droit du passage et Thierry est décale sur ma gauche en face du passage. Je commence à appeler et, immédiatement, le premier renard s'élance, il fonce sur nous, nous nous préparons mais il stoppe à 30 mètres et bifurque brusquement pour rentrer au bois sur notre gauche, je continue à appeler et le second renard arrive au galop mais il prend le même chemin que le premier. Nous nous sommes postés trop vite et n'avons pas pris le temps de réfléchir, le vent souffle dans notre dos. Un autre renard est sorti du bois tout au fond du chaume à environ 150 mètres, nous ne pouvons plus bouger sans être vu et je tente donc de l'appeler mais il ne se rapproche que de 10 ou 15 mètres puis se fige et ne veut plus bouger. J'insiste un bon moment puis nous nous redressons pour partir et faisons ainsi démarrer le renard qui rentre vite au bois.

Nous continuons à suivre le chemin et débouchons un peu plus loin sur une sorte de friche de végétation rase et desséchée ponctuée de petits ronds d'arbustes. Au-dessus se trouvent plusieurs habitations à environ 150 mètres. Thierry décide de se poster au coin du bois et je remonte un peu pour me poster derrière un gros rond d'arbustes sur la gauche du chemin. Des dizaines de lapins courent en tous sens dans la friche. Une fois posté, je commence mes appels au Buttolo mais au bout d'un moment j'arrête car rien ne vient et je décide de tenter des cris de souris. Des lapins se promènent tout autour de moi et les appels font déguerpir un lapin qui était caché tout près de moi dans les arbustes et d'autres dans la bande boisée derrière moi. Tous ces lapins font pas mal de bruit et il est difficile d'entendre arriver un chevreuil où un renard si on ne le voit pas. Au bout d'un moment, je quitte mon poste et rejoins Thierry qui me fait des signes. Il a entendu bouger quelque chose dans le bois et m'annonce qu'un renard est venu droit sur moi par le chemin de terre avant de faire demi-tour sans que je puisse le voir. Je me cale et reprends mes appels au Buttolo un moment mais rien ne vient.

Nous quittons notre poste et progressons dans la friche qui s'ouvre peu à peu vers le haut, une langue de friche ponctuée de petit ronds d'arbustes descend en se rétrécissant dans le bois en suivant un chemin de terre qui la coupe en 2 par la moitié. Je décide de descendre pour nous poster de part et d'autre du chemin de terre derrière des ronds d'arbustes. Une fois posté sur la gauche du chemin, je contrôle que Thierry, posté plus en retrait de l'autre côté du chemin, soit prêt puis je commence mes appels au Butollo. Rien ne venant, au bout d'un moment, j'arrête le Buttolo et commence des cris de souris pendant un moment mais rien ne vient et je quitte mon poste pour rejoindre Thierry et me rends compte en le voyant que quelque chose a dû se passer. Il m'annonce qu'en quittant mon poste et en arrêtant mes appels, j'ai fait partir un renard qui était arrivé tout près de lui. Nous continuons à suivre le chemin et nous apercevons que la bande de bois du bas et étroite et ouverte par un passage débouchant dans un champ moissonné. Thierry me laisse passer devant et je m'avance doucement dans le passage quand j'aperçois une chevrette et ses 2 petits. Elle me regarde à environ 70 mètres sur ma droite, près du bois, j'en informe Thierry qui ne peut pas les voir de sa position. La chevrette fuit rapidement en entraînant ses petits dans le bois où ils disparaissent. Je ne sais plus du tout retrouver la voiture mais Thierry m'annonce qu'elle n'est pas loin sur la gauche du champ. Nous partons donc vers elle et décidons de la prendre pour aller nous garer plus loin près d'un petit champ de maïs qui me semblait prometteur. En passant en voiture, nous apercevons une chevrette au gagnage dans le chaume près du bosquet où nous avons tenté d'appeler au Buttolo en quittant la voiture.

Nous nous garons prêt du petit maïs repéré à l'aller. Thierry me laisse passer devant et je pars me poster un peu plus loin en bordure de la culture. Un lièvre s'éclipse vers le bois à ma droite, séparé du maïs par une bande de pré de 30 à 40 mètres de large. Mes appels ne donnant rien nous revenons vers la voiture puis décidons de tenter d'aller voir un peu plus loin en longeant un chemin de terre qui quitte la route sur la droite de la route et descend vers une zone de cultures à sa gauche et une prairie à sa droite séparée du chemin par une haie. Nous surveillons les alentours sans voir de chevreuil. Le chemin amorce un virage à gauche et la haie de droite se perse d'un passage qui permet d'accéder à une grande prairie de luzerne séparée de la prairie que nous longions par une grande haie qui remonte vers la crête de la colline. Nous nous avançons dans le passage et en observant ce grand champ vallonné, j'aperçois tout au fond, un chevreuil en lisière du bois qui broute en longeant tranquillement les arbres. Alors que je le montre à Thierry, nous nous rendons compte qu'il y en a en fait 2. La luminosité commence à baisser rapidement. J'explique à Thierry qu'il faut que nous montions contre le bois en crête sur notre droite pour rejoindre le coin du bois à environ 150 mètres et tenter d'appeler au Buttolo. Il me dit qu'il va rester dans le passage de la haie et qu'il me laisse tenter ma chance, il ne me reste pas longtemps avant que la nuit tombe. Je remonte rapidement, voûté, en suivant la haie pour rejoindre le bord du bois en crête. Le relief me cache rapidement le chevreuil et j'en profite pour finir mon ascension au pas de course. Arrivé contre le bois, je le longe rapidement en surveillant les chevreuils qui n'ont pas beaucoup bougé et arrive comme prévu au coin du bois où je me poste à genoux contre la végétation. Devant moi, le terrain redescend dans une vallée qui prend à droite dans un chaume de blé. Les chevreuils sont sur le penchant opposé à plus de 300 mètres contre la bordure du bois. Je commence mes appels, le chevreuil de droite reste indifférent mais, rapidement, son collègue commence à venir vers moi au rythme des appels.

Il s'arrête régulièrement pour écouter et regarder mais arrive d'un pas décidé. Je commence à voir des pointes blanches entre les oreilles, c'est un jeune brocard. Il descend rapidement jusque dans la vallée puis longe le chaume, commence à ralentir puis commence à remonter tranquillement en faisant des pauses pour brouter. Mes appels ne semblent plus vraiment l'intéresser mais il se rapproche toujours pas à pas. La luminosité baissant, j'ai peur de ne pas pourvoir décocher quand il va arriver. Il n'est plus qu'à 40 mètres, mais commence à biaiser et se rapproche de moins en moins. Il finit par progresser plein travers à environ 25/30 mètres de la bordure du bois contre lequel je suis posté. J'ai espacé mes appels mais tente de garder son attention. Il lève parfois la tête mais ne semble pas plus intéressé et continue à avancer en parallèle du bois. Je pivote doucement sur mes genoux pour me positionner dos au bois et hésite, il est à plus de 20 mètres mais je ne le ferai pas venir plus près et le temps m'est compté. Je décide de tenter ma chance, j'arme mon arc mais au même moment, il décide de se tourner de cul et de descendre un peu sur quelques mètres. Je désarme et reprends mon Buttolo pour lancer quelques appels. Le brocard se retourne et revient se planter plein travers où il était tout à l'heure. Il baisse la tête et remet à brouter. Je réarme, vise un moment et décoche. Il m'a semblé entendre l'impact mais le brocard disparaît en un éclair en aboyant dans la pente.

Je me redresse rapidement et aperçois le brocard en contrebas, il aboie furieusement en regardant vers le sommet de la colline. Il ne semble pas touché. Je commence à aboyer pour lui répondre et la réaction ne tarde pas, il démarre pour décrire une boucle sur le penchant de la colline et remonter vers moi par ma droite mais, méfiante, il hésite à remonter aussi prêt. La nuit sera vite là et je décide de tenter de me rapprocher. Je me baisse et profite de sa position basse dans la pente pour approcher à 4 pattes sans qu'il ne me voit. Il devient vite inquiet et je tente quelques appels de Butollo mais il fait volte-face et part droit sur Thierry, vers le passage dans la haie. Je décide de laisser faire pour laisser sa chance à Thierry. Le brocard lui part droit dessus et je le perds un court instant de vue alors qu'il semble assez proche de Thierry puis le voit remonter vers le bois en aboyant et en suivant la haie que j'ai suivi pour monter à mon poste. Je tente de le recouper au pas de course en suivant le bois mais il traverse vite la haie et s'enfuit. Je redescends donc pour tenter de retrouver ma flèche mais sans succès. Thierry vient à ma rencontre et me raconte sa vision de la chasse. Il a armé et a eu l'occasion de tirer mais, avec la faible luminosité, il n'a pas vu les bois du brocard malgré les 10 mètres qui les séparaient et a donc décidé de ne pas tirer. Nous rentrons alors que la nuit s'installe et partons chercher nos collègues un peu plus loin avec la voiture. Ils sont bredouilles eux aussi.

Après une nuit plus longue que la veille mais encore un peu courte, le réveil sonne à 5 heures et je me prépare avant d'aller déjeuner avec mes collègues. Ce matin nous allons changer les équipes, c'est moi qui accompagnerai Renaud. Après le déjeuner et les discutions sur le lieu de la chasse, nous partons tous en voiture pour un secteur jouxtant le secteur chassé hier soir. Le jour se lève tranquillement alors que nous arrivons sur le site. Nous apercevons un renard dans un chaume sur la gauche du chemin mais nous ne pouvons pas nous arrêter dans le secteur sans être vu. Nous continuons donc pour nous garer environ 200 mètres plus loin, au bord de la route. Alors que nous sortons de la voiture, j'aperçois 2 chevreuils dans une très grande prairie sur la gauche de la route. Ils sont à environ 400 mètres mais nous ont vu nous garer et regarde vers nous un moment puis se tranquillisent et se remettent en mouvement et se suivent, très certainement un brocard et une chevrette. La chevrette s'éloigne mais une autre chevrette surgit d'un creux en friche faisant suite à une petite bande boisée partant du bord de la route. Nous nous préparons rapidement et je pars avec Renaud pour tenter une approche en suivant rapidement la route en direction de la bande boisée. Je progresse en tête en surveillant les chevreuils qui ne semblent pas très inquiets et nous arrivons assez rapidement au niveau de la bande boisée que nous dépassons pour commencer à la longer en direction des chevreuils. Nous avançons doucement en nous suivant. Arrivés au bout de la bande boisée notre approche se complique sérieusement et les chevreuils sont encore à environ 300 mètres au bout du creux en friche. Je décide de tenter des appels au Butollo mais le brocard ne réagit pas.

J'insiste et poursuis mes appels quand un mouvement sur ma droite me fait tourner doucement la tête. La chevrette qui s'était éloignée revient vers nous tranquillement. Je stoppe mes appels pour ne pas l'affoler et risquer qu'elle ne donne l'alerte. Elle avance tranquillement vers la friche en passant à environ 15 mètres devant moi. En la voyant, le brocard semble vouloir se rapprocher mais il part en fait vers la seconde chevrette restée au bout du creux de la friche.

La chevrette descend dans la friche et je finis par la perdre de vue derrière la bande boisée. Je décide de tenter une approche pour me rapprocher du brocard, je progresse à 4 pattes ou en rampant dans les hautes herbes sous la cassure de la pente en friche. Je progresse très lentement en observant les chevreuils au loin, la chevrette a disparu, je donne en avançant quelques appels au Buttolo mais les chevreuils ne veulent pas se rapprocher. Après avoir gagné 50 ou 60 mètres, la pente descendante m'expose à la vision des chevreuils, je tente des aboiements mais le brocard me regarde un moment puis, la chevrette s'éloignant, il commence à la suivre, mes aboiements le stoppe quelque fois mais la chevrette continuant d'un pas décidé, il finit par accélérer pour la rejoindre et passer tous les 2 derrière le sommet du champ et disparaître.

Je fais demi-tour et rejoins Renaud resté en retrait, nous retournons vers la voiture où nos collègues ont observé la scène. Thierry nous conseille de partir de l'autre côté de la route. Nous partons donc par la route vers le chaume où se trouvait le renard ce matin. En arrivant près du chaume nous ne le voyons pas et 3 gros chiens de la propriété sur notre droite se précipitent vers nous en aboyant. Nous sommes contents qu'un grillage nous sépare. Nous bifurquons à gauche et prenons une route qui remonte dans les coteaux. Nous pressons le pas pour ne pas réveiller tout le quartier car les chiens sont comme fous. Plus haut, la route longe un bois sur sa gauche et je décide d'y rentrer pour tenter quelques appels. Un petit passage descend dans le bois et rejoint une sorte de clairière sableuse, circulaire et sans arbres. J'hésite à me poster puis décide finalement de partir me poster avec Renaud sur la droite de la clairière mais en arrivant près des arbres, nous faisons démarrer un chevreuil qui nous a repéré. Nous nous postons rapidement contre les arbres et je commence à appeler tout en surveillant le sous-bois. Au bout d'un moment, le chevreuil, qui était revenu silencieusement au sommet du talus en face de nous, démarre en aboyant et j'ai juste le temps de l'apercevoir, sans pouvoir dire s'il s'agit d'un mâle, au moment où il repasse derrière le talus. Il s'éloigne en aboyant un moment.

Nous nous avançons dans le bois pour remonter vers l'endroit où se trouvait le chevreuil et trouvons une zone dégagée bordée par une bande épaisse qui surplombe un grand creux. Nous nous postons dans la bande de végétation épaisse et retentons des appels mais rien ne vient, nous décidons donc de continuer. Sur la droite du creux, il me semble qu'il y a un petit sentier de terre et nous nous dirigeons vers lui pour pouvoir avancer plus silencieusement que sur les débris de végétation très secs. Arrivé sur le sentier, je me rends compte qu'il s'agit d'une coulée de blaireaux, le secteur est miné de terriers et semble vraiment très fréquenté. Nous continuons en suivant une des belles coulées des blaireaux. Plus loin nous tentons quelques appels dans une zone de bois clair enherbé mais sans succès. Nous ressortons donc du bois un peu plus loin, près d'une ferme. Le secteur est envahi de lapins, où que se posent nos yeux, il y a un ou plusieurs lapins. Nous traversons la route, faisant fuir quelques lapins puis observons les alentours. Un pré nous sépare d'un bois en L en nous décidons de partir nous poster dans l'angle rentrant de ce bois pour tenter d'appeler. Nous avançons donc dans le pré quand, sur notre gauche, dans un creux du terrain où la végétation est plus haute, un animal démarre, du coin de l'œil, j'aperçois un cul blanc et pense à un chevreuil mais je me rends vite compte qu'il s'agit d'un gros lièvre. Nous rejoignons le coin du bois où rentre un chemin de terre. Renaud se poste contre le bois sur la droite du chemin et moi sur la gauche. Je commence à appeler et rapidement des aboiements retentissent.

Un chevreuil vient vers moi en aboyant et je finis par distinguer un jeune brocard, je continue mes appels. Il avance pas à pas toujours en aboyant en marquant de longues pauses observatoires. Petit à petit, il se rapproche tout de même jusqu'à environ 12 mètres mais ne cesse de regarder vers moi et je ne peux par armer mon arc que je monte tout de même doucement pour être prêt si besoin. Le brocard est toujours partiellement masqué par les troncs et ne dégage jamais sa zone vitale. Au bout d'un moment de cache-cache, il finit par devenir de plus en plus inquiet et fait demi-tour pour fuir à travers bois. Mes appels n'y changeront rien, il disparaît en protestant et ne reviendra pas. Nous décidons de nous déposter et de partir sur ses traces. Nous traversons ainsi le bois pour tomber sur une bande de friche que nous traversons pour rejoindre un autre bois en face. Le brocard aboie encore au loin. Nous rentrons dans le bois et longeons sa bordure à la recherche d'un poste pour tenter d'appeler. Des gratis au sol me font penser que le secteur est bon et nous nous postons. Je commence à appeler et immédiatement, j'aperçois des chevreuils, à environ 100 mètres sur ma gauche, qui viennent vers nous au galop. Je fais signe à Renaud qui est un peu plus en retrait et reprends mes appels. Une chevrette et ses 2 faons déboulent sur ma gauche et elle m’aperçoit aussitôt. Elle bifurque et s'arrête devant moi à moins de 10 mètres dans une zone de végétation épaisse avec ses jeunes. Mes appels ne la feront pas bouger et elle finit par faire demi-tour pour repartir d'où elle venait.

Nous nous dépostons, le soleil monte de plus en plus et la température grimpe vite, un peu plus loin nous faisons une pause au niveau d'une bande de bois coupée en repousse et décidons de nous poster pour retenter d'appeler. Renaud se poste un peu plus en avant que moi et aperçois un animal qui traverse un sentier qui monte dans le bois. Il me fait signe, nous nous postons rapidement et je commence à appeler mais au bout d'un moment sans que rien ne vienne, nous décidons de continuer. Plus loin nous traversons une bande de bois étroite pour rejoindre une friche entourée de bois. Nous nous postons sur un bord de la friche mais là encore les appels ne donnent rien. Nous repartons et rejoignons la route un peu plus bas. Nous la traversons et rentrons dans une très grande prairie entourée de bois. De nombreux lapins nous regardent arriver près d'un îlot boisé sur notre droite et de la lisière du bois de gauche puis rentrent les uns après les autres à couvert. Un peu plus loin nous tentons des appels en bordure du bois de droite sans succès. La prairie est pâturée par des vaches, peu de chance de voir un chevreuil à découvert. Nous tentons un dernier coin plus loin en rentrant un peu dans le bois mais là encore les appels ne donneront rien. Il fait maintenant très chaud et nous décidons de rentrer. Nous repartons vers la route.

Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet

Nous traversons le troupeau de vaches et prenons la route. En chemin nous ne résistons pas à retenter quelques appels dans un bois que traverse la route. Je me poste sur la gauche et Renaud à droite et je commence à appeler mais là encore rien. Nous reprenons la route et retombons sur un petit hameau. Thierry nous appelle et nous lui donnons notre position avant de l'attendre assis à l'ombre. Il ne tarde pas à arriver et nous voilà partis pour rentrer à la maison mais alors que nous passons devant le champ où se trouvaient les 3 chevreuils à notre arrivée, nous apercevons un renard entrain de muloter. Nous partons vite nous garer où nous nous étions garés ce matin. Nous sortons vite de la voiture mais c'est alors que j'aperçois des joggers qui arrivent droit sur nous, il faut faire très vite. Je me prépare rapidement et pars au pas de course me poster en bordure du champ. Je me prépare et m'apprête à appeler quand le renard s'enfuit en courant vers le creux de la friche. Mes appels n'y feront rien, il fonce se mettre à l'abri. En tournant la tête, j'aperçois les joggers qui passent devant le champ et qui viennent de faire fuir le renard. Cette fois, nous rentrons, je dois rentrer ce midi dans le Gers puis repartir ce soir pour le Tarn où m'attend un bracelet de tir d'été. Avant le départ, nous en profitons pour faire une petite photo souvenir des participants.

Chevreuils et renards lotois, merci Thierry, 11 et 12 juillet

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

GERS 32

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

LASBATS CHISTINE : 

06 45 35 50 42

 

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS