Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 05:57

Ce soir, je retourne chasser autour de chez le président de la chasse. Il fait très chaud et le vent ne souffle pas ou presque pas, depuis plusieurs jours, les températures sont très chaudes et tout est sec. Le sol est très craquant et sans vent les approches sont assez compliquées. Je me gare, vers 19 heures, près du petit château d'eau puis descends par la route vers le champ de blé de gauche.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Arrivé au bout du bois qui longe les 2 côtés de la route, je remonte le talus de droite et jette un rapide coup d'œil sur le secteur. Rien en vue, je fais demi-tour et traverse la route pour rentrer, en face, dans l'autre champ de blé par le passage de tracteur. Je fais une pause pour observer les alentours. Pas de chevreuil en vue.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Je suis tranquillement le passage de tracteur qui suit le haut du champ, près du bois, tout en surveillant la surface des céréales.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

J'ai décidé d'aller me poster un moment au bord du bois en contrebas, en bordure de la luzerne qui suit le blé, d'où sort tous les soirs et tous les matins un brocard.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

J'aperçois maintenant la luzerne dans le fond et tente d'apercevoir une tache suspecte au milieu du vert mais le brocard ne semble pas encore sorti.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Je continue à avancer et passe au-dessus de la petite friche terminée par le gros bout de haie. La chevrette coutumière du secteur n'est pas de sortie. Je biaise pour prendre un passage de tracteur qui passe plus près de la friche et avance tranquillement jusqu'au coin de la friche, au bout de la haie où je fais une pause d'observation. Toujours pas le moindre chevreuil en vue.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Je continue à suivre le passage de tracteur et rejoins la bordure du bois en bas du blé et la longe en direction du coin du bois, à la limite du blé et de la luzerne. J'avance tout doucement quand une chevrette surgit du blé à 5 mètres, juste en bordure du bois devant moi et se débine pour rentrer à couvert sans un bruit. Heureusement que ce n'était pas le brocard car je n'aurais rien pu faire.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Je continue à descendre tranquillement vers l'angle du bois ou je tombe sur un rond de plumes de geai. Cet oiseau a dû faire les frais d'une attaque d'autour ou d'épervier.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Je m'arrête un instant au coin du bois pour jeter un coup d'œil à la luzerne où se trouve souvent le brocard que je cherche mais il n'est pas de sortie ce soir.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Ayant remarqué qu'il sort et rentre souvent du bois sur les 100 premiers mètres après l'angle du bois, je décide de tenter de me poster un moment à l'intérieur du bois juste en lisière du massif. Je longe donc très doucement un peu le bois en suivant un passage broyé en bordure de la luzerne et trouve un passage qui rentre dans le bois, il me permet d'entrer à couvert sans faire trop de bruit. L'intérieur du bois est assez clair sur une bande de 10 à 20 mètres le long de la lisière et de nombreuses coulées bien marquées se dirigent vers la luzerne et le blé.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Je rejoins une coulée et la suis doucement, le sol dégagé est assez silencieux. Une sorte de ruisseau asséché se creuse peu à peu à ma droite entre moi et la lisière, la coulée le longe. Un peu plus loin des coulées traversent ce ruisseau qui fait maintenant environ 1,5 mètres de profondeur pour ressortir dans la luzerne. Je décide de traverser pour me poster juste en lisière, dos à la luzerne vers où se dirige le vent. Il est environ 19h30. J'ai une bonne vision du sous-bois sur environ 40 mètres.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Rapidement, un bourdon roux arrive et commence à me tourner autour avant de se poser sur moi, il semble apprécier ma sueur qu'il lape avec sa longue langue. Je le laisse faire un moment alors qu'il est sur mon T-shirt mais il finit par venir sur ma main et je décide de le chasser mais il s'envole et revient aussitôt à la charge et j'ai beau essayer de le chasser, il insiste et revient toujours et pour rester discret, je dois me contraindre à le laisser faire.

Je surveille par moment la luzerne au travers du feuillage malgré qu'elle soit à mauvais vent. Le temps passe sans que rien ne bouge et n'étant pas très patient à l'affût, je décide de me déposter vers 20h30. Je sais qu'une mare se trouve un peu plus loin à l'intérieur d'une avancée du bois sur la friche qui suit la luzerne. Je décide d'aller m'y poster un instant pour attendre que la forte chaleur passe un peu avant de repartir à l'approche. Je ressors donc sur la luzerne puis longe le bois sur la bande broyée en direction de l'avancée du bois. La luzerne fait vite place à une friche, couverte, le long du bois, par des pousses de frênes qui colonisent le secteur en rangs serrés. J'arrive très doucement au coin de l'avancée du bois et fais une pause pour tenter d'apercevoir un animal au travers des branchages. N'ayant rien vu, je me remets en mouvement quand le brocard démarre en aboyant près de la mare à 15 mètres environ. J'ai juste le temps de l'apercevoir avant qu'il rentre dans une zone plus épaisse où il s'arrête un moment à environ 35 mètres pour aboyer avant de repartir en protestant et de s'éloigner rapidement. Je suis le bois et rejoins le passage qui permet de rejoindre la mare. La végétation est marquée de boue séchée de la lisière jusqu'à la mare. Un sanglier est venu se baigner ces jours-ci. Je rejoins le petit plan d'eau pour examiner le tour qui semble assez fréquenté.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Le brocard ne reviendra pas et je décide de changer de secteur. Je ressors dans la friche et biaise pour rejoindre la luzerne puis la bordure du blé et remonte vers la route de crête. Je descends alors le talus au bord de la voirie pour la rejoindre et la longer un moment. A ma gauche un petit bosquet descend un peu dans les cultures et longe la route. En arrivant au bout du bosquet, du bruit me fait tourner la tête à gauche et j'ai juste le temps d'entrevoir un chevreuil faisant demi-tour. Il venait droit vers la route par un passage débouchant sur la route et m'apercevant, il a fait volte-face. Le bruit de sa fuite cesse rapidement. Je continue mon chemin et rejoins la bordure du bois. Cette fois je prends à gauche pour prospecter la combe de l'autre côté de la route. Je remonte le talus de la route en longeant le bois et fais une pause pour observer le blé à ma gauche. Le chevreuil dérangé tout à l'heure, aboie dans le bosquet.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Pas de chevreuil en vue, je descends en suivant le bois qui fait une avancée sur les cultures un peu plus bas au niveau du bas de la parcelle de blé. J'en profite pour surveiller le penchant d'en face couvert de blé.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Je passe le coin de l'avancée du bois, une bande semée de tournesols puis une bande de blé et rejoins le fossé du fond de la combe que je traverse pour remonter en longeant entre le tournesol à ma droite et le blé à ma gauche tout en essayant d'apercevoir un chevreuil. J'arrive ainsi au coin d'un bosquet et marque une pause pour observer le blé.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Rien vue, je bifurque donc à gauche pour suivre le bas du bosquet par un passage de tracteur. J'avance doucement. Le bosquet fait place à une friche puis le blé remonte maintenant jusqu'à une autre route de crête. Je bifurque donc au coin de la friche et remonte vers la route. Je passe devant les terriers de blaireaux creusés dans un sol sablonneux et dont les entrées sont marquées de nombreuses traces. Arrivé à la route, je la traverse et rejoins l'angle d'une autre grande parcelle de blé à ma gauche et d'un grand champ de tournesol à droite, ponctué de petits bosquets. Le vent souffle dans mon dos. Je scrute un moment la surface du blé sans succès.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Je prends à droite dans les tournesols

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

et contourne 2 des bosquets pour rejoindre une haie qui sépare cette parcelle d'une parcelle de blé qui longe un bois à droite. Je me suis fait aboyer plusieurs fois dans le secteur sans voir le chevreuil mais ce soir ni chevreuil ni aboiement. Arrivé au bout de la haie, je passe dans la parcelle de blé et prends le passage de tracteur du milieu pour rejoindre la vigne à l'autre bout. Rien en vue, je longe ensuite sous la vigne en contrôlant les intervalles entre les rangs. Arrivé au coin de la vigne, je surveille un instant la friche mais toujours rien. Je fais demi-tour et décide de faire une grande boucle par les vignes pour revenir à bon vent en longeant un fossé au fond d'une combe dont les 2 penchants sont couverts de blé. Je descends donc vers ce fossé par la droite des parcelles de blé puis traverse ce dernier pour longer la parcelle de droite bordée par une bande de terre à nue. Sur ma gauche le blé est bordé par une bande d'herbes hautes, j'espère ne pas voir surgir un brocard au dernier moment. Ce soir, le vent est quasi inexistant, le sol craquant, l'approche est compliquée. Tout à coup, je repère des bois qui dépassent du blé à environ 100 mètres devant moi, à 10 mètres environ de la bordure du blé sur ma droite. Je commence l'approche et gagne facilement 50 mètres sur la pointe des pieds, voûté, sans me faire repérer. Je me positionne ensuite à genoux, le vent très léger vient de ma droite, c'est parfait, je continue mon approche sur les genoux lentement, en essayant de ne rien faire craquer.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Petit à petit, je m'avance, sur les genoux ou à 4 pattes et gagne du terrain tout en surveillant le brocard. Il ne dépasse pas du blé, seul ses bois et ses oreilles font régulièrement surface et il ne peut donc pas me voir. Le sol très dur et marqué par les crampons d’une roue de tracteur meurtrit mes genoux. Les rares fois où le brocard dépasse un peu plus du blé et pourrait me voir je stoppe et me baisse sous le niveau du blé. Je finis par me positionner à l'aplomb du brocard, devant moi, la bande de terre nue se couvre d'herbe haute et l'approche risquerait de devenir plus bruyante. Je suis à environ 10 mètres du brocard mais ne vois toujours que ses bois et ses oreilles. J'accroche mon décocheur et me prépare à armer mais il me faut d'abord savoir où tirer. Je laisse donc faire le brocard pour voir dans quel sens il est tourné, il avance un peu et je confirme alors mon impression par rapport au sens des bois, sa tête est à gauche et son arrière train à droite, il est plein travers. Je me prépare à armer mais il relève la tête et regarde vers moi. Je me baisse sous le blé. Au bout d'un moment, il reprend son repas sous le niveau de céréales. Je me reprépare à armer mais, à nouveau, il lève la tête et regarde vers moi et je me rebaisse. Mon cœur commence à accélérer, ce qui ne m'arrive pas souvent et il me faut me concentrer. Le brocard rebaisse la tête et s'avance très lentement pas par pas. J'arme mon arc, je vois à peine son dos et le devine au travers du blé, je me redresse, prends rapidement la visée sur ce que je devine être son poitrail et décoche. Il me semble avoir entendu l'impact et mon brocard surgit du blé pour filer à grands bons en remontant vers la route puis disparaît brusquement entre 40 et 50 mètres dans le blé. Il m'a semblé voir du rouge sur sa robe rousse.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Pensant mon brocard mort, je ne tarde pas à aller contrôler mon tir. Ma flèche est introuvable et je ne trouve pas tout de suite du sang. Je recoupe un peu plus loin la trajectoire de fuite et trouve rapidement le premier sang qui a repeint quelques épis dorés en rouge.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

La piste continue est très facile à suivre, le rouge tranche bien avec le doré du blé.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Le sang est de plus en plus abondant et alors que le chevreuil passe un premier passage de tracteur, je trouve beaucoup de sang projeté sur le blé.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

La traversée du passage de tracteur suivant est tout aussi marquée.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Un peu plus en avant, j'aperçois un rond de blé couché et en m'approchant, je distingue mon brocard couché sur le flanc. Il a amorcé un virage avant de tomber et le blé est couvert de sang.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Je m'approche de mon brocard et constate que ma flèche est basse, elle a traversé le cœur.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

J'appose mon bracelet et fais quelques photos souvenir.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Dans mon dos, le soleil baisse sur l'horizon et il est temps de rentrer.

Une belle approche, une belle flèche et un beau petit brocard, 25 juin 2015

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mowgli 27/06/2015 05:49

Petit brocard ??? Il est superbe !

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS