Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 17:58

Ce matin, je décide d'aller faire un tour du côté du bois du Turc pour voir s'il y a quelques chevreuils ou un renard car, cette année, je n'ai chassé que sur un secteur de Labéjan où les chevreuils semblaient encore présents mais depuis quelques temps les contacts sont de plus en plus rares et les chevreuils ne se laissent plus approcher. Le terrain dégagé et la chute des feuilles n'ont rien arrangé. La population de chevreuil a beaucoup diminuée sur certains secteurs du Gers depuis plusieurs années et cette année, une maladie a décimé pas mal d'animaux, beaucoup de chevreuils ont été retrouvé morts. J'ai prélevé 3 animaux malades dont 2 atteints de cette infection. Ils sont atteints d'une diarrhée intense et se sèchent rapidement pour finir par mourir avec la peau sur les os. Le chevreuil étant mon gibier de prédilection avec le ragondin, cette forte diminution des cheptels a fortement réduit mon envie de chasser cette année. De plus les battues au chevreuil, sur Labéjan, n'ont pas encore commencée et je crains qu'elles ne finissent de faire disparaitre les derniers chevreuils. Je garde mon dernier bracelet en me disant que je tirerai peut être un autre animal déficient pour finir la saison mais le cœur n'y est plus, je chasse beaucoup moins depuis quelques temps.

Ce matin, j'arrive donc au niveau de la barrière de la première allée du bois du Turc et me gare sur le petit parking juste avant que le jour ne se lève. Il a gelé ce matin et le paysage est bien givré. Je me prépare tranquillement puis commence à remonter la grande allée pour rejoindre un grand chaume en haut du bois. Pas de chevreuil sur la piste, j'avance d'un pas soutenu. Des engins semblent avoir emprunté l'allée où des traces de pneus ont arraché l'herbe par endroit. J'en profite pour voir si quelques animaux n'ont pas laissé de traces dans le terrain mouillé par les dernières pluies mais rien. C'est incroyable, il y a quelques années, j'aurais vu des traces de chevreuil en quantité. En arrivant vers le bout de l'allée, de loin, je ne comprends pas tout suite ce que je vois. Des morceaux de tronc de sapin ont été empilés et forment 2 murs perpendiculaires de plusieurs mètres de haut. L'un barre la vue sur le chaume et je le contourne par la gauche pour trouver une coulée dans les ronces qui ressort rapidement sur le chaume. Ma progression bruyante fait démarrer 4 beaux chevreuils sur ma gauche. Ils semblent en bonne santé et cela me fait plaisir de voir quelques animaux. Ils s'arrêtent à environ 100 mètres et regardent vers moi un instant puis le groupe, qui semble composé d'une chevrette qui mène les autres, d'un brocard en velours qui la suit et de 2 jeunes déjà presque aussi gros que leur mère, reprends sa course pour faire une boucle pour revenir vers le bois un peu plus loin. Je sors sur le chaume et longe le bois en observant les animaux qui s'éloignent.

Je finis par les perdre de vue derrière le relief du terrain. Le beau soleil de ce matin fait briller le givre sur la végétation. Le sol craque entre le chaume de blé, les feuilles sèches et le givre, je tente de suivre les passages de tracteur où la végétation est moins craquante et moins présente. Je fais tout de même du bruit en progressant tranquillement. Je suis la bordure du bois qui fait plusieurs angles droits sortants consécutifs en escalier et alors que j'arrive au dernier angle avant que le bois ne descende vers le ruisseau en contrebas, j'aperçois une chevrette à environ 90 mètres qui sortait juste d'un des bosquets qui suivent le grand bois pour prendre le soleil. Je me fige pour l'observer mais elle regarde vers moi et retourne rapidement à couvert. Je passe doucement l'angle de bois pour jeter un coup d'œil sur le pré qui descend vers le ruisseau entre le grand bois et le dernier bosquet. Rien en vue mais le relief du terrain me cache le bas du pré, j'avance doucement dans l'herbe givrée en biaisant vers le bosquet et alors que je passe la bosse du terrain, j'aperçois de chevreuils qui traversent le ruisseau et remontent le penchant d'en face vers la route, traversent une longue haie, qui part du ruisseau pour remonter contre un bosquet planté au bord de la route de crête qui monte au village de Labéjan, puis redescendent vers le bois où la cime des arbres me les cachent rapidement. J'ai du mal à croire que ce soit moi qui ais provoqué cette folle cavalcade et pense que quelque chose a effrayé les chevreuils. Je descends donc jusqu'au coin du bosquet puis commence à en longer le bas quand une impression bizarre me fait me retourner. C'est là que j'aperçois, par-dessus la haie qui borde le ruisseau, les 2 chevreuils plantés, à 30 où 40 mètres de la lisière du bois, tournés face à moi et entrain de m'observer. Ils sont à 150 mètres environ. Je me fige et les observe un moment. Ils finissent par rentrer tranquillement au bois.

Je commence à me dire que finalement, il y a quelques chevreuils dans le secteur. Au loin, j'aperçois une tache sombre inhabituelle près d'une mare traversée par le petit ruisseau du fond de la combe. J'en déduis rapidement qu'il doit s'agir d'un ragondin. Le propriétaire de cette mare, dont la ferme est à 80 mètres de cette dernière, m'avait dit que les ragondins étaient présents dans ce secteur mais je ne les y avais jamais vus. Je décide de tenter une approche, je me dirige vers une autre mare en alignement du bosquet qui domine le ruisseau, la tache sombre a bougé, maintenant j'en suis sûr, c'est un ragondin. Je continue à avancer vers la mare mais j'aperçois trop tard une bande de colverts à sa surface. Eux m’ont déjà vu depuis un instant et en s'envolant ils provoquent la fuite du gros ragondin qui fonce vers l'eau. Il ne peut maintenant plus me voir et je décide donc de presser le pas. Je me dirige donc vers la mare en contrebas quand le ragondin ressort de l'eau pour rentrer tranquillement dans un petit roncier au-dessus de la mare, au sommet du talus du fossé qui suit le chemin d'accès à l'habitation pour venir se rejeter après la mare dans le ruisseau. Je m'avance donc plus lentement vers le petit plan d'eau pensant voir revenir l'animal. En arrivant plus près de la mare, j'aperçois un remous sans en voir la cause et commence une approche lente, prêt à armer quand j'aperçois une cane colvert, à moins de 10 mètres, posée sur l'eau. Elle m'a vu également et se fige un moment plein travers comme pour me narguer, comme si elle savait que je n'étais pas là pour elle. Elle finit par décoller entrainant les autres canards que je n'avais pas vus derrière elle, cachés par le talus de la mare. Je finis d'arriver au bord de la mare et constate que les berges sont minées par de nombreux terriers, l'eau est boueuse. En regardant dans le ruisseau en amont, j'aperçois un ragondin à 50 mètres environ à l'entrée de son terrier, sous la haie qui borde la gauche du ruisseau au-dessus du petit plan d'eau. Il m'a vu et semble rentrer à couvert. Je traverse le ruisseau en dessous de la mare par le passage busé du chemin d'accès à la ferme et me dirige doucement vers le roncier pour constater qu'il s'agit en fait d'une grosse souche couverte par les ronces sous laquelle les ragondins ont creusé un terrier. Mon ragondin est donc à couvert.

Une grosse coulée très fréquenté part du petit roncier à la mare. Je remonte le talus du chemin et aperçois à nouveau le ragondin à l'entrée de son terrier plus en amont. Je tente donc une approche. Il commence à rentrer dans son terrier mais s'arrête, laissant dépasser les 2/3 arrière de son corps. Arrivé doucement à 7 ou 8 mètres, j'arme mon arc, vise et décoche. Ma flèche cloue et sèche le ragondin sur place. Je m'avance pour le récupérer. Ma flèche est entrée à gauche de la colonne vertébrale au milieu du dos et ressort dans la joue opposée pour rester en travers du ragondin, fichée dans la berge. Je tire sur ma flèche et récupère ainsi mon ragondin avant de le dégager en ressortant ma flèche. La morsure du froid se fait bien sentir alors que je viens de me rincer les mains dans le ruisseau. Le poil mouillé du ragondin se couvre de givre rapidement et se colle à mon arc alors que je le prends en photo.

Un ragondin près du bois du Turc, 12 janvier 2015

Alors que je récupère mon ragondin, ses poils restent collés à mon arc. Je le dépose un peu plus loin au bord de la haie pour continuer à chasser. Je décide de remonter en longeant le ruisseau vers un lac plus en amont autour duquel se trouvent plusieurs bois. Je longe tranquillement le petit cours d'eau mais pas le moindre chevreuil dans le secteur, sachant la quantité d'animaux présents encore il y a 1 ou 2 ans c'est presque incroyable. Un peu avant un bois en long qui remonte en suivant la combe sous le village, je traverse le ruisseau par un passage busé puis biaise vers le départ du bois et commence à le longer. Je regarde le sol où les sangliers ont laissé quelques traces mais je constate qu'il y a toujours aussi peu de traces de chevreuils. Je longe doucement le bois quand un animal démarre devant moi sans que je puisse le voir au travers des branchages, au bruit, je pense à un lièvre ou peut être un chevreuil. Je me poste un instant dans un tout petit bosquet séparé du bois par le passage des vaches que je longeais jusqu'à présent. Je décide de tenter quelques appels de Butollo qui resteront sans réponse. Je quitte donc mon poste puis pars tranquillement me reposter 20 mètres plus loin au coin d'une avancée du bois dans le pré. Beaucoup de traces de sangliers ont marqué le sol mais difficile à dire si c'est frais à cause du gel. Je tente à nouveau quelques appels mais je n'attire rien à part quelques mésanges charbonnières. Je reste un moment à observer les alentours, des geais cris au loin en haut du bois, certainement agacés par mes appels. Dépité de ne pas voir un seul chevreuil dans ce secteur habituellement très fournis en animaux, je décide de revenir vers le bois du Turc.

Toujours pas de chevreuil en vue sur le chemin du retour. Je récupère mon ragondin au passage. Le berger allemand de la ferme m'a repéré et se met à aboyer. Je descends par la gauche du ruisseau pour regagner le bois du Turc. Je laisse mon ragondin sur une coulée de blaireau très fréquentée puis continue mon chemin alors que le chien descendu près de la mare aboie toujours. En logeant le ruisseau, je traverse 2 fossés qui descendent de la route de crête avant d'arriver à un passage busé qui me permet de traverser le ruisseau pour arriver dans un pré qui remonte dans le bois du Turc. Pas de chevreuil dans ce pré, je traverse une pointe du pré qui me sépare de la plantation de sapins qui couvre le bas du grand bois et constate que des bandes du bois ont été exploitées. Je remonte doucement une bande exploitée en observant le sous-bois pour arriver sur une crête parcourue par une piste que je commence à longer. Je m'arrête par moment pour tenter quelques appels au Butollo mais rien ne bouge. Je rejoins ainsi une grande piste qui revient vers la grande allée où je suis garé. J'avance doucement en appelant par moment mais toujours rien. Arrivé sur l'allée, je constate qu'un promeneur vient vers moi avec son setter. Je retire ma cagoule et mon décocheur et pars à sa rencontre. Nous nous saluons et discutons un peu. Il me confirme que lui aussi trouve qu'il y a de moins en moins de chevreuil et qu'il vient très souvent se promener dans le bois sans voir d'animaux. Il est 10h30, dépité, je décide de rentrer. Cette matinée aura eu pour avantage de confirmer mes craintes. La population de chevreuil est en danger dans le secteur.

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

GERS 32

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

LASBATS CHISTINE : 

06 45 35 50 42

 

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS