Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 21:11

Ce soir, il fait pas mal de vent, le temps se prête bien à l'approche. Je pars chasser sur Labéjan où j'ai acheté 10 bracelets pour chasser le chevreuil. En arrivant, je me gare sous la digue du grand lac autour duquel je chasse très souvent sur cette commune. Je décide de commencer par chasser dans les maïs de part et d'autre du ru du déversoir du lac. Je pars donc sur la droite du ru en longeant la bordure du maïs à bon vent. J'avance doucement, le bruit de mes pas est couvert par le bruissement des feuilles de maïs agitées par le vent. J'avance doucement sans rien voir, à peu près au milieu du champ, les sangliers ont dégagé un grand rond le 10 mètres de large sur environ 30 à 40 mètres de long juste derrière des 3 premiers rangs de maïs. J'avance très lentement espérant apercevoir un chevreuil au gagnage dans ce secteur prometteur mais rien en vue. Arrivé au bout du champ qui est séparé d'un bois par une bande enherbée de 5 ou 6 mètres, je bifurque et remonte en suivant le bois collé contre le maïs. Un chevreuil démarre juste derrière la bordure du bois et se débine à couvert sans que je puisse l'apercevoir, je suis son parcours à l'oreille, il semble remonter dans le bois à moins de 10 mètres de la lisière du bois. Rien au premier passage de canon, rien au second. Je tente par moment d'apercevoir le chevreuil par des trouées dans la bordure du bois mais sans réussir à le voir. J'arrive au coin du champ et bifurque pour le longer, le bois en L le suit toujours sur quelques dizaines de mètres, puis je débouche à mauvais vent sur un champ travaillé. Je suis le bois pour remonter vers la crête de la colline. Ce dernier fait place à environ 100 mètres à des champs travaillés sur ma gauche et une grande friche sur ma droite qui borde un bosquet. J'avance doucement dans les hautes herbes où j'ai vu une belle chevrette lors de ma sortie matinale précédente de lundi dernier, première depuis l'ouverture de la chasse.

Rien en vue ce soir, je rejoins la route de crête et pars à droite en la longeant pour rejoindre le coin d'une grande parcelle de maïs qui redescend sur le penchant suivant. J'ai le vent dans le dos, je décide donc de longer le haut du champ de maïs pour le contourner et revenir à bon vent par le bas du champ. En progressant, je surveille les passages de canon mais toujours pas de chevreuil. Une fois arrivé en bas du champ de maïs, je commence à le longer à bon vent. Les 2 premiers passages de canon sont envahis par une végétation dense et haute qui ne permet pas de voir les chevreuils. J'arrive au coin d'une avancée de la culture qui décrit une sorte de U aux branches asymétriques autour un bosquet. Je remonte doucement vers le bosquet puis le longe et arrive à nouveau au bord du maïs. Je jette un coup d'œil entre le bosquet et le maïs et aperçois une jeune chevrette qui descend vers moi à environ 60 mètres. Je me cale pour l'attendre en bas du maïs mais à environ 50 mètres elle bifurque et rentre dans la culture. J'attends un peu mais elle ne ressort pas, je décide donc de tenter une approche entre le bosquet et le maïs. Le vent qui agite le maïs couvre ma progression qui bien que très lente est tout de même bruyante car le passage étroit entre la culture et le bosquet ne me permet pas d'éviter de frotter contre la végétation des 2 côtés. Je surveille le maïs mais ma vision est limitée à quelques mètres dans la culture. Tout à coup, la chevrette démarre à 3 ou 4 mètres sur ma droite et s'immobilise à 7 ou 8 mètres de 3/4 arrière dans le maïs. Ma fenêtre de tir est très petite entre les pieds de maïs mais je décide de tenter ma chance. J'arme doucement, elle n'a pas bougé, je vise et décoche mais ma flèche touche un pied de maïs et dévie en faisant démarrer la chevrette qui disparaît en aboyant dans le maïs mais s'arrête vite. C'est manqué, je vois bien mon encoche lumineuse de ma flèche plantée au sol. Je pars chercher ma flèche et fait redémarrer la chevrette, je l'entends un moment dans le maïs puis le calme revient. Je récupère ma flèche et reviens en bas de la culture pour commencer à la longer.

Je longe doucement le maïs en surveillant les passages de canon,

Un belle soirée d'approche venteuse, 16 septembre 2014

sur ma droite une sorte de haie de ronces et d'arbustes trouée par endroit me sépare d'un champ de tournesol. Tout à coup, du mouvement attire mon regard devant moi, 2 chevreuils étaient arrêtés dans une trouée du gros bourrelet de ronces et se débinent maintenant dans les tournesols. Je les vois bien par-dessus le bourrelet de ronces. L'un d'eux s'arrête plein travers à moins de 10 mètres dans le tournesol.

Un belle soirée d'approche venteuse, 16 septembre 2014

J'arme mon arc mais le chevreuil reprend sa progression dans les tournesols, je fais claquer ma langue contre mon palais en le suivant dans mon viseur, il s'arrête de 3/4 arrière à environ 12 mètres. Je cale ma visée et décoche mais ma flèche passe dessous. Le chevreuil démarre suivi par le second que j'avais perdu de vu derrière le feuillage d'un arbre qui a poussé dans la haie. Je suis en train d'essayer de comprendre ce qui n'a pas fonctionné correctement quand un galop retentit dans un passage de canon qui débouche à quelques mètres devant moi. Un chevrillard en surgit pour stopper net à 5 mètres devant moi. Je n'ai pas réencoché et le temps de remettre une flèche, il repart et passe la haie. Je me prépare à armer, pensant le voir sortir sur la droite de l'arbre qui me bouche la vue mais le temps passe et rien ne bouge. Je regarde au travers du feuillage et l'aperçois de 3/4 face à 7 ou 8 mètres au travers d'une trouée d'environ 30 centimètres par 30 centimètres qui dégage son poitrail.

Un belle soirée d'approche venteuse, 16 septembre 2014

J'arme et prends la visée sans qu'il ne bouge. Je décoche, ma flèche le traverse, il fait un bon impressionnant sur place, pattes tendues, en poussant un cri puis retombe sur ses pattes, titube sur 3 mètres et s'effondre. Ne croyant pas à une mort aussi rapide et craignant de le voir se relever car je n'ai pas vu mon atteinte, je me dirige rapidement vers lui mais il est déjà mort.

Un belle soirée d'approche venteuse, 16 septembre 2014

Je récupère ma flèche puis par chercher l'autre que j'ai un peu de mal à trouver. Elle ne porte pas de trace de sang ni de poil et confirme que j'ai bien manqué l'autre chevreuil. Le chevrillard présente une entré de flèche haute sur l'avant de l'épaule et une sortie basse en arrière des côtes du côté opposé. La flèche a en fait touché les poumons et le foie.

Je pends le chevrillard par le bracelet à une branche de l'arbre au travers duquel je l'ai tiré puis repars en chasse. Je continue à longer doucement le bas du champ de maïs puis remonte doucement en suivant le bois qui borde la fin du champ. J'avance doucement en essayant d'éviter les nombreux glands qui jonchent le sol et craquent sous mes pas. Pas de chevreuil en vue jusqu'au bout du bois. Arrivé en crête de la colline le bois bifurque à 90° à droite et fait place à une parcelle de luzerne qui descend et couvre tout le penchant de droite pour rejoindre le bois qui bifurque à nouveau à 90° à gauche pour longer le fond de la combe. Je marque un temps d'arrêt en arrivant au coin de la luzerne quand une chevrette et un chevrillard débouchent du bois au fond de la combe à environ 80 mètres de moi et 50 mètres environ du coin droit bas de la luzerne. Le chevrillard est devant.

Un belle soirée d'approche venteuse, 16 septembre 2014

Je les observe un moment, ils semblent vouloir remonter vers la crête pour rejoindre le maïs.

Un belle soirée d'approche venteuse, 16 septembre 2014

Je les observe un moment, ils semblent vouloir remonter vers la crête pour rejoindre le maïs.

Je décide de tenter de leur couper la route en avançant doucement derrière le premier rang du champ de maïs mais, tout à coup, la chevrette fait demi-tour et rentre au bois par l'endroit où elle en est sortie. Je fais demi-tour en surveillant le chevrillard qui fait lui aussi demi-tour pour la suivre. Arrivé au coin du bois, je décide de tenter de descendre en longeant ce dernier pour me rapprocher du chevrillard mais ce dernier rentre au bois. Je continue à descendre quand il ressort brusquement du bois avec la chevrette sur ses talons. Ils sont tous les 2 au bord du bois et semblent se câliner tête contre tête puis la chevrette repousse le chevrillard, tête contre tête à la manière d'un combat de brocards et commence à le courser. Ce dernier qui hésite d'abord à s'éloigner reçoit des coups de tête dans les flancs, s'en suit une cavalcade où la chevrette semble devenir de plus en plus menaçante envers le jeune chevreuil ne lui laissant aucun répits. A chaque fois qu'il s'arrête, croyant l'avoir distancé, elle le rattrape et le menace pour le faire partir plus loin. Le chevrillard en stress avance gueule ouverte et langue pendante, il semble peiner à reprendre son souffle.

Il semble remonter vers la crête. La chevrette l'observe un instant s'éloigner puis retourne dans le bois toujours par la même entrée. Le chevrillard se retourne et ne la voyant plus, il fait demi-tour pour revenir vers elle et rentre sur les traces de la chevrette. J'en profite pour tenter de descendre rapidement, pensant les voir ressortir du bois. Effectivement, alors que je suis à mi pente, le chevrillard ressort en trombe du bois avec la chevrette à ses trousses mais cette fois cette dernière semble déterminée à le mettre en fuite et le poursuit sans relâche. Le chevrillard qui ralentit par moment subit alors un nouvel assaut. Je tente de profiter de la confusion pour descendre un peu plus. La chevrette finit par pousser le chevrillard vers moi et se plante dans la luzerne pour le regarder s'éloigner. Il est stressé et semble complètement essoufflé. Il avance gueule ouverte avec une respiration saccadée et langue pendante. Il biaise peu à peu vers l'angle bas du bois. Je tente de m'avancer doucement pour lui couper la route mais je suis à découvert et ne peux pas bouger trop vite pour ne pas être remarqué par le chevrillard ou par la chevrette aux aguets à environ 60 mètres dans la luzerne. Il avance vite et arrive en bordure du bois à environ 40 mètres en dessous de moi. Je ne peux plus bouger sans être vu. La chevrette se pensant débarrassée de lui retourne au bois toujours par la même entrée. Le chevrillard se retourne près du bois et ne voyant plus la chevrette, il hésite un moment. J'en profite pour tenter de me rapprocher un peu et gagne 10 mètres environ mais le chevrillard se retourne et repart vers la chevrette. Je ne peux rien faire à part le regarder s'éloigner.

Je décide de rester là sans trop bouger au cas où la chevrette me renverrait le chevrillard mais au moment où il la rejoint en rentrant dans le bois il fait volte-face et sort en trombe dans la luzerne avec la chevrette à ses trousses, elle semble furieuse et très déterminée, comme tout à l'heure elle le poursuit sans relâche et se jette sur lui à chaque fois qu'il ralentit mais, cette fois, la cavalcade remonte vers le maïs en décrivant de grandes boucles. Je profite de la confusion pour remonter doucement vers le maïs. Les 2 chevreuils passent dans un creux du terrain, j'en profite pour remonter en courant vers le maïs et rentrer derrière le second rang pour le suivre en profitant du vent qui agite la culture provoquant un bruissement des feuilles qui couvre ma progression assez rapide. 40 mètres plus loin, j'aperçois à nouveau les chevreuils que le creux de la luzerne me cachait. La chevrette, qui semblait faire une pause, reprend sa poursuite. Le chevrillard décrit de grande boucle pour la semer. Au bout d'un moment elle le pousse loin devant elle et se plante pour le regarder s'éloigner. Il se dirige droit vers l'angle du maïs près de la route sans se retourner, d'un pas lent mais constant. Je tente de gagner rapidement du terrain pour l'intercepter mais le vent qui s'arrête par moment me fait ralentir pour éviter d'être repéré. La chevrette regarde par moment vers moi et je dois stopper pour ne pas être repéré. La fin du maïs est longée par une bande de balles rondes de luzerne d'environ 30 mètres de long. Le vent se calme de plus en plus mais je parviens à atteindre le début des balles rondes alors que le chevrillard s'est arrêté à quelques mètres du bout de la ligne de balles de fourrage. Je ressors du maïs tout doucement pour me caler derrière la première balle de luzerne. Le chevrillard regarde vers moi mais sans me voir, il est trop loin pour un tir, environ 35 mètres.

La chevrette finit par rentrer au bois alors que le chevrillard, qui regardait régulièrement vers elle, reprend sa progression et disparaît derrière l'angle du maïs. Je quitte ma cachette et longe les balles rondes pour rejoindre le coin de la culture. La chevrette a dû me repérer et se met à aboyer en bas dans le bois. En passant le coin du maïs, je constate que le chevrillard se débine en suivant la bordure du champ à environ 60 mètres devant moi. Je suis à mauvais vent mais tente tout de même de le suivre en longeant le maïs le plus rapidement possible pour réduire la distance. Un peu plus loin la bordure du champ bifurque doucement à droite. Une haie suit la route et je décide de me décaler à droite pour continuer à avancer caché par la haie alors qu'elle me cache le chevrillard. Je rattrape ainsi le chevrillard qui s'était arrêté, il n'est plus qu'à 40 mètre plein travers. Il repart en suivant la bordure du maïs, je me recale contre le maïs et poursuis mon approche rapide. Je dois m'arrêter régulièrement car le chevrillard se retourne de plus en plus souvent à mesure que je gagne du terrain. Alors que je ne suis plus qu'à 30 mètres, il me sent et se tourne plein travers pour fuir ensuite au galop, je le suis au pas de course pour ne pas me faire trop distancer mais environ 100 mètres plus loin il stoppe net. Je me cale contre le maïs, il n'est qu'à 50 mètres. Quelque chose l'intrigue, il regarde sur ma droite de l'autre côté de la route. Je tente de m'avancer doucement mais, tout à coup, il se retourne et revient vers moi. Je me cale contre le maïs et me prépare à armer. Il s'arrête 10 mètres plus loin, regarde à nouveau derrière lui, j'en profite pour armer, puis redémarre et fonce sur moi au galop. Je suis prêt mais il arrive trop vite et bifurque à 2 mètres devant moi pour rentrer dans le maïs. Je m'avance doucement et constate que j'étais juste avant un passage de canon. Le chevrillard a disparu. Je redescends chercher mon chevrillard alors que la nuit tombe doucement puis retourne à ma voiture.

Un belle soirée d'approche venteuse, 16 septembre 2014

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

cortobowhunter 16/09/2014 22:33

Salut Alex,
toutes mes félicitations pour ce nouveau prélèvement !
J'attends donc avec impatience le récit de cette soirée.
Au plaisir de te lire.

Séb

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS