Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 23:27

Ce soir, je pars chasser dans un secteur de maïs où le tir du sanglier est autorisé depuis le 1 juin. Je me gare près des maïs et pars en longeant la culture en direction d'un grand lac. En arrivant près du plan d'eau, je constate que la berge de mon côté est animée de quelques remous. Je la longe doucement, de nombreuses carpes fouillent le fond gravillonneux près de la berge et agitent l'eau. Cette agitation régulière me fait baisser ma garde et c'est alors qu'un ragondin en profite pour se débiner et se mettre à l'abri sous un arbuste qui tombe dans l'eau. Arrivé au bout du lac, je continue à longer les maïs, sur une bande enherbée coincée entre la culture un petit bois qui descend vers un second lac un peu plus bas. En arrivant au bout du bosquet une haie de genets fait suite au bosquet. J'aperçois par-dessus cet écran végétal de nombreux remous sur le lac mais cette fois ce sont des ragondins qui naviguent en surface. Certains m'ont repéré et filent vers la rive opposée pour se mettre à l'abri sous quelques arbustes où seuls quelques remous trahissent leur présence. Je m'avance rapidement au bord de l'eau et me poste derrière un arbre qui pousse au ras de l'eau.

Je commence à imiter les cris d'un petit ragondin en détresse alors que quelques ragondins avancent sur l'eau. Les plus jeunes partent vers la rive opposée mais un gros ragondin traverse le lac pour venir vers moi. Il biaise pour venir par ma gauche et je le perds de vue derrière l'arbre contre lequel je suis posté. Je continue à appeler un moment mais rien ne vient. Je décide alors de quitter mon poste mais, au même moment, le ragondin surgit par ma gauche de derrière l'arbre et s'avance devant moi à 4 mètres environ. Il a vu mon mouvement et commence à biaiser vers la rive opposée. J'arme mon arc, aligne la visée et décoche alors qu'il est en léger 3/4 arrière à 6 ou 7 mètres. Un impact cassant et bien audible retentit, ma flèche semble rentrer où je la voulais, au niveau de l'épaule. Le ragondin plonge dans un nuage de sang et remonte rapidement pour se débattre en surface. Il s'immobilise rapidement. Je n'ai pas pris mon lancer. Je pars donc chercher un long châtaigner mort de 7 à 8 mètres de long dans le bosquet tout proche pour tenter de récupérer mon ragondin et ma flèche. A mon retour, je constate que le ragondin a coulé, j'ai juste assez de longueur pour récupérer ma flèche que je récupère en la rabattant vers la berge. Il fait chaud, l'eau est chaude, je reviendrais tout à l'heure pour voir si mon ragondin est remonté en surface.

Je pars un peu plus loin vers un petit bois pour le longer par le côté gauche où je sais que je trouverai un passage pour rejoindre un chemin de terre qui le traverse. Je longe doucement le bosquet et arrive au niveau d'une zone de terriers de blaireaux qui semble très fréquentée puis alors que j'avance tranquillement, un animal démarre dans le bois en contrebas. Je pense tout d'abord à un chevreuil et continue à avancer en cherchant un passage pour rejoindre le chemin de terre un peu plus bas. Le bruit reprend mais je comprends vite qu'il ne s'agit pas d'un chevreuil. Les craquements réguliers indiquent qu'un animal avance en force dans les ronces. Certainement un sanglier, je descends doucement dans le bois et rejoins le chemin de terre. En contrebas, la végétation craque de toute part et des couinements se font entendre, une horde de sangliers se déplace et part sur ma droite. Le chemin est barré par les ronces à ma droite et je décide de tenter de contourner les animaux par la gauche mais le chemin qui ressort du bois est vite barré par les ronces également. Le vent ne m'est pas favorable. Les sangliers ne font plus de bruit, ils semblent s'être volatilisés. J'essaie de ressortir du bois à travers les ronces en essayant de ne pas faire trop de bruit et finis par ressortir sur un autre chemin de terre qui longe entre le bois et une friche arborée. J'avance doucement dans la direction prise par les sangliers en surveillant le sol meuble pour tenter de voir des traces qui m'indiqueraient que les sangliers sont sortis du bois et tends l'oreille pour tenter de les entendre. Je surveille de temps à autre au travers de la végétation mais ils semblent avoir disparu ou alors ils tentent de se faire oublier.

Quelques traces traversent le chemin de terre mais elles ne semblent pas fraîches. Je décide de partir pour revenir plus tard. Je remonte vers le champ de maïs en longeant la friche et arrive au coin de la culture quand j'aperçois à environ 30 mètres un gros ragondin qui dépasse de sa moitié avant de la végétation au bord d'un petit fossé asséché. Il est bien loin du lac qui est à 150 mètres environ. Je m'avance doucement pour rejoindre la bordure du champ de maïs. Le ragondin qui semble pourtant sur l'œil ne bouge pas. J'avance doucement jusqu'à environ 8 mètres du gros rongeur, arme doucement, vise et décoche mais ma flèche passe juste dessous le ragondin qui se retourne rapidement pour disparaître dans le fossé. Je réencoche et m'approche doucement, je ne pense pas qu'il ait de terrier dans ce fossé où l'eau ne coule presque jamais. En arrivant près du fossé, je ramasse ma flèche qui me confirme que j'ai raté le ragondin. Je la remets au carquois puis écarte doucement la végétation qui couvre le fossé au niveau de l'endroit où a disparu le ragondin et aperçois à ma grande surprise l'arrière train du ragondin blotti au bond du fossé et parfaitement immobile. J'arme doucement mon arc et décoche au juger, clouant le ragondin au font du fossé. Il se débat en grondant furieusement. Je pose mon arc et le saisis par la queue puis l'achève d'un coup sec au sol après avoir dégagé ma flèche dont la lame s'est cassée au ras de l'insert.

Je redescends vers le lac avec ma prise pour voir si le ragondin n'est pas remonté à la surface. Après un instant à chercher l'animal du regard, je m'aperçois qu'il est remonté contre les joncs qui bordent la berge. Je le récupère, c'est une grosse femelle, l'autre est un gros mâle.

4 flèches pour 3 prises autour des maïs, 23 juillet 2014

Je retourne maintenant vers le bosquet où j'ai entendu, tout à l'heure, les sangliers. Je repasse par le dessus du bois pour aller me poster sur le chemin forestier derrière un gros chêne mais le temps passe et rien ne bouge. La luminosité baisse et je décide de laisser tomber pour aujourd'hui, je ressors du bois puis repars vers le maïs. En arrivant au coin de la culture, j'aperçois dans le champ en face, sur ma gauche, un renard qui se débine à 200 mètres environ, en direction du bosquet que je viens de quitter. Je me cale dans le maïs et tente d'appeler mais il disparaît rapidement dans la friche.

Je m'avance en longeant le maïs, séparé du champ de gauche par un grand fossé. Environ 100 mètres plus loin, j'aperçois un autre renard qui mulote dans le champ de gauche, à environ 300 mètres. Je me cale et tente de l'appeler mais le vent souffle fort, il est trop loin et ne m'entends pas, l'approche étant impossible, je laisse tomber et poursuis ma progression pour rejoindre un second fossé perpendiculaire au premier qui redescend sur ma droite entre 2 parcelles de maïs. Je le suis en avançant doucement. Le fossé tourne à 90° sur ma gauche à environ 200 mètres. En arrivant à 50 mètres environ du virage, j'aperçois un renard qui traverse le fossé et rentre dans le maïs sur ma droite. Je me cale et tente de l'appeler un moment mais rien ne vient, le vent n'est pas trop à mon avantage, il a dû me sentir.

Je continue et suis le virage, un canon arrose tout près et je dois presser le pas pour ne pas être arrosé. Je suis la bordure du maïs qui bifurque un peu plus loin à 90° à droite cette fois. Je me cale dans le maïs, séparé de champs de tournesol par le fossé, lui-même bordé de part et d'autre par 2 bandes enherbées. Je tente quelques coups de Butollo mais rien ne vient. Il fera vite nuit, je rentre en pressant le pas, les tournesols font place à du maïs et au loin, j'aperçois un chevreuil au gagnage. Je me cale contre le maïs et avance assez rapidement alors que le vent est tombé. Arrivé à environ 80 mètres du chevreuil que je n'arrive pas encore à sexer à cause de la faible luminosité, je me cale contre le maïs, accroche mon décocheur, cale mon Butollo contre la poignée d'arc et commence à appeler en le pressant contre mon arc.

Dès les premiers appels, le chevreuil lève la tête puis arrive au galop. Il franchit le fossé d'un bon et arrive au galop par la rive opposée. J'espace mes appels et le laisse un peu chercher pour qu'il n'arrive pas trop vite. Il arrive d'un pas rapide, il est à 30 mètres, j'arme mon arc, 20 mètres, 15 mètres, j'hésite car je ne vois pas de bois, il ralentit doucement pour venir s'arrêter à environ 8 mètres en se tournant face à moi alors que je le suis dans mon viseur. 2 petits bois entre les oreilles c'est un brocard. Ma visée se cale sur son poitrail et je décoche. Mon encoche disparaît où je visais et réapparaît de suite. Le brocard démarre et chute 5 mètres plus loin puis se relève en titubant et rentre 5 mètres plus loin dans le maïs dans un grand fracas. Le fracas dans le maïs dure à peine 1 ou 2 secondes puis j'entends tomber le chevreuil qui se débat un instant au sol. Il semble avoir fait une boucle pour tomber en face de moi près de l'endroit où je l'ai fléché. Je pars chercher ma flèche, éteins l'encoche et la remets au carquois puis démarre la piste au sang à la lumière de mon portable, je tombe rapidement sur une grosse tache de sang où le chevreuil est tombé

4 flèches pour 3 prises autour des maïs, 23 juillet 2014

puis suis le sang assez abondant,

4 flèches pour 3 prises autour des maïs, 23 juillet 2014
4 flèches pour 3 prises autour des maïs, 23 juillet 2014

effectivement, le chevreuil à fait un U pour mourir près de l'endroit du tir, il à fait à peine 20 mètres. Il est là sur le flanc, le sang coule abondamment et forme une grosse flaque à partir de la plaie d'entrée de ma flèche qui rentre dans le creux des côtes sous le cou, traverse le cœur et ressort à la pointe du sternum.

4 flèches pour 3 prises autour des maïs, 23 juillet 2014

J'appose mon bracelet et sors le chevreuil du maïs avant une petite séance photo et le retour de nuit à ma voiture.

4 flèches pour 3 prises autour des maïs, 23 juillet 2014

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS