Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 10:37

Ce matin, Je décide de rechasser le secteur prospecté lors de ma première sortie de la saison mais je décide de ne pas attaquer à partir du vieux moulin mais par la première route qui rejoint la route de Valence. Arrivé par Marambat, je me gare au bord de la route entre 2 bois. Je me prépare tranquillement puis continue à descendre la route en direction de Justian. Une haie épaisse fait suite au bois et longe la route sur ma gauche. Arrivé au bout de cet écran végétal, je jette un coup d'œil sur le grand champ de soja où je me suis fait avoir par un beau brocard à l'ouverture. Un chevreuil est au gagnage au-dessus du gros îlot boisé allongé, dans un bout de friche non travaillé entouré par le soja.

Je vais tenter une approche, je longe doucement la route en suivant la bordure de droite pour tenter de me camoufler un peu malgré ma position haute et découverte. Je surveille le chevreuil en avançant, il semble tranquille, puis, profitant du relief du champ de soja, je descends vers le fond de la combe sans que le chevreuil ne puisse me voir puis remonte vers lui, caché par l’îlot boisé. Le vent tourne et n'est pas très bon. J'arrive tranquillement sur la gauche de l’îlot et le contourne tout doucement en serrant la végétation mais pas de chevreuil en vu, je longe tout doucement l’îlot et me rends compte que le chevreuil a quitté les lieux. Je remonte vers la route de crête et la traverse pour cette fois descendre en longeant le bois sur l'autre penchant. Je longe doucement entre les féveroles et le bois en surveillant les cultures du secteur.

Arrivé au coin du bois sans voir de chevreuil, je prends à droite en longeant le bois quand j'aperçois un gros chevreuil au gagnage, à 50 mètres environ, dans le passage de tracteur parallèle au bois qui longe la bande enherbée à environ 5 mètres de la bande enherbée qui sépare ma culture du bois. Sa tête baissée ne me permet pas de l'identifier de suite mais au moment où il relève la tête j'aperçois des bois. Il rebaisse la tête, le vent soutenu est assez bon et masquera le bruit de ma progression. J'avance rapidement prêt à me baisser à tout moment si le chevreuil relève la tête. il avance très doucement en mangeant pour s'engager dans un passage de tracteur qui remonte vers la crête à ma gauche. Je me baisse rapidement derrière le blé alors que le brocard relève la tête et reprends rapidement ma progression alors qu'il vient de la rebaisser. J'arrive facilement à 12 mètres du brocard qui broute paisiblement, j'arme mon arc, prends la visée et décoche. Ma flèche vole bien et l'impact retentit. Il me semble qu'elle est plein coffre.

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

Le brocard démarre en trombe et fait volte-face pour sortir du blé, traverser la bande enherbée et remonter le talus pour rentrer au bois en un éclair.

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

Je reste immobile et attends le retour du calme avant d'aller chercher ma flèche. Je la retrouve assez rapidement, Les vannes sont peu marquées par le sang et le tube porte des petits fragments de viande, si je n'avais pas vu mon atteinte je serais inquiet car cette flèche porte tous les indices d'une atteinte musculaire.

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

J’éteins mon encoche lumineuse et remets ma flèche au carquois. Je commence à chercher du sang sur la trajectoire de fuite. Impossible de trouver la moindre goutte de sang dans le blé ou sur la bande enherbée. Après avoir contrôlé et recontrôlé sans succès, je décide de contrôler l'entrée au bois, toujours pas de sang. Je rentre donc dans le bois par la coulée où il me semble voir rentrer le chevreuil tout à l'heure. A 3 ou 4 mètres de la lisière, je trouve une première goutte de sang sur une feuille de lierre.

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

Je trouve ensuite rapidement d'autres gouttes et commence à suivre la piste qui s'intensifie rapidement mais reste peu abondante.

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

Je dois progresser à la lumière de mon portable car le sous-bois est encore faible. Le sang est par moment très présent avec de grosses gouttes au sol

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

ou des frottés sur la végétation

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

puis devient très peu abondant sur plusieurs mètres. Je peine parfois à démêler la piste qui n'est pas toujours linéaire, le chevreuil a fait quelques crochets mais je ne la perds pas pour l'instant. Après environ 40 mètres je retrouve une reposée debout

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

puis la piste reprends assez bien marquée et commence à redescendre alors que le chevreuil semblait vouloir remonter vers la route en haut du bois. Au bout de 70 mètres environ, je retrouve mon chevreuil mort sur le flanc. Ma flèche rentre au niveau de la patte avant gauche et ressort derrière l'épaule opposée et prend les poumons.

Le bracelet apposé et quelques photos prises, je remonte mon chevreuil à la voiture qui n'est qu'à 50 mètres environ. Il n'est que 7h30, je décide de repartir en chasse après avoir mis mon chevreuil dans le coffre de ma voiture.

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

Je repars en chasse, cette fois je remonte la route jusqu'à la route de Valence puis la longe jusqu'à la route suivante qui descend sur la gauche, parallèlement à la route au bord de laquelle je suis garé. Au niveau de cette route, je quitte la route de Valence mais la longe par un passage de tracteur qui fait le tour d'un grand champ de blé et rejoins la bordure d'un bois qui longe la crête suivante puis redescends dans la combe à 300 mètres environ.

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

Je rattrape la bordure du bois et la longe toujours en suivant le passage du tracteur. Pas de chevreuil ce matin, je suis le bois qui redescend dans la combe puis remonte sur la crête dans le champ de blé près d'un petit bosquet entouré par les céréales. Toujours pas de chevreuil en vue. Je suis donc la crête pour rejoindre un grand champ de tournesol.

En arrivant au bord du blé, j'aperçois un beau brocard et sa chevrette au gagnage dans le tournesol à environ 150 mètres.

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

La culture est encore basse et des zones sont dégagées et permettent de bien voir les animaux. Je me baisse dans le passage de tracteur qui longe la bordure du champ de blé et les observe un moment pour essayer d'anticiper leur déplacement. Les animaux descendent dans la combe.

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

Je décide de tenter de descendre vers la combe qui se poursuit dans le blé, en espérant que les animaux vont la suivre pour revenir vers le blé. Je commence à avancer à 4 pattes dans le passage de tracteur en surveillant régulièrement la position des chevreuils.

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

Le brocard se couche, à peine visible dans une touffe de végétation, dans la combe. La chevrette à une trentaine de mètres de lui fait sa toilette

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

puis remonte tranquillement en mangeant, en biaisant vers un bosquet bordé par le tournesol et qui rentre dans le blé.

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

Le vent soutenu masque ma présence et les bruits de ma progression. Je décide de continuer à avancer vers la combe car je pense que le brocard va se relever et suivre la chevrette. Le terrain sec est très dur et le relief des crampons des roues du tracteur meurtrissent mes genoux. La combe est à mi-chemin du bosquet et je serais plus près s'il me faut continuer à progresser vers le bosquet pour couper les animaux. J'avance en surveillant régulièrement les animaux. Le brocard qui tourne le dos à la chevrette finit par se relever alors que la chevrette s'est éloignée d'environ 50 mètres. Il se lèche le dos, se retourne et se gratte les pattes avant avec les bois

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

puis se remet en marche pour rejoindre sa femelle.

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

Je continue à avancer doucement en poussant mon arc devant moi. Une zone de blé versé ne me permet plus d'avancer à couvert et je dois ramper sur 40 mètres tout en surveillant les animaux qui ne m'ont pas repéré. Le blé étant à nouveau assez haut, je reprends ma progression à genoux mais le sol dur me fait vraiment souffrir. Un chêne tombé contre le bosquet fera un bon affût et je décide de tenter de le rejoindre.

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

Le brocard rejoint peu à peu la chevrette.

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

Un peu plus loin, il me faut ramper à nouveau sur un passage découvert. Je finis ensuite mon approche à 4 pattes et rejoins le chêne tombé dans le blé au bord du bosquet. Je me poste derrière cet arbre mort qui m'offre plusieurs fenêtres du tir au travers de ses branches entre lesquelles j'aperçois, encore à 80 mètres, les chevreuils qui se rapprochent très très lentement.

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

Je tente quelques aboiements qui restent sans réaction, peut-être qu'ils ne m'entendent pas à cause du vent soutenu. Je décide finalement de me poster au bout du chêne qui me donne une position de tir proche de la combe.

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

Le temps passe et les chevreuils semblent plutôt monter vers le bosquet et je décide de quitter mon poste pour rentrer dans le bosquet pour aller me poster sur la lisière du côté des tournesols mais en arrivant au bord du bois, je me ravise car si les animaux changent brutalement de direction, il sera plus compliqué de se déplacer sans bruit dans le bois.

Je repars me poster derrière le chêne pour observer les animaux. J'observe les chevreuils depuis un bon moment quand un mouvement attire mon attention à 200 mètres environ dans la combe au milieu des tournesols. Un chevreuil solitaire arrive d'un pas décidé et je pense rapidement à un brocard ce qui me fait craindre un chamboulement de mes plans. Son arrivée risque de bousculer le couple. Les 2 chevreuils broutent tranquillement sans se douter qu'un autre chevreuil approche mais alors qu'il arrive à environ 50 mètres du couple en humant l'air, certainement sur la piste de la chevrette, les 2 autres chevreuils l'aperçoivent et le regardent. Je commence à voir ses bois distinctement, c'est bien un brocard. Il finit par voir son concurrent et la chevrette et se dirige au trot vers cette dernière en remontant du fond de la combe.

Il commence à courser la chevrette alors que son concurrent reste impassible et regarde le nouveau couple s'éloigner. Il laisse ainsi son rival et sa chevrette s'éloigner de 70 mètres puis s'élance à leur poursuite. Son rival délaisse un instant la chevrette et s'en suit une séance d'intimidation. Les brocards sautillent face à face mais ne vont pas jusqu'à l'affrontement et le premier brocard finit par fuir alors qu'il semble avoir des bois plus imposant. Il semble également moins massif de cou que son rival et est certainement plus jeune. Le gagnant poursuit un peu son rival puis reprends sa course au train de la chevrette.

Le brocard de pentecote, 9 juin 2014

Tous 2 passent la crête, rapidement suivis à bonne distance par l'autre brocard. Une fois les chevreuils perdus de vue, je prends le pas de course en suivant le passage de tracteur et rejoins la crête. Les 3 chevreuils sont en contrebas dans un semé de sorgho, à 150 mètres environ. Les 2 brocards ont repris leur séance d'intimidation, la chevrette un peu en retrait les observe. J'en profite pour tenter une approche mais je suis vite repéré. Les chevreuils m'observent, je me baisse doucement et tente quelques aboiements mais les animaux démarrent et fuient pour rentrer au bois à environ 300 mètres. Je repars rapidement vers la crête longée par le bois où sont rentrés les chevreuils et me poste un instant dans une zone de bois claire en espérant voir passer les animaux. Je reprends mon souffle pour me remettre de plusieurs centaines de mètres de course à pied. Le temps passe et rien ne vient, je décide de laisser tomber et retourne à ma voiture.

Arrivé à la voiture, je décide de descendre vers la vallée de l'Osse et de partir par le vieux moulin pour voir si un brocard ne serait pas au gagnage dans les blés de part et d'autre de la rivière en dessous de chez le président de la chasse. Alors que je longe doucement un champ de blé qui borde l'Osse, en voiture. Il me semble apercevoir, au travers des arbres qui bordent la rivière, une tête de brocard dans le blé de l'autre côté du cours d'eau. Un peu plus loin une trouée me permet de confirmer cette impression. Un beau brocard mange tranquillement dans les céréales. Je ne ralentis pas et poursuis pour me garer près du moulin contre un petit bosquet qui borde la route. J'attrape mon arc et repars en chasse. Je longe doucement la route jusqu'à un chemin de terre qui sépare 2 parcelles de blé et traverse l'Osse. J'avance doucement en arrivant sur le petit pont et aperçois le brocard à 80 mètres environ sur ma droite. Il baisse la tête, j’en profite pour avancer rapidement pour rejoindre une longue bande d'avoine sauvage de 2 mètres de large qui coupe le champ de blé parallèlement à la rivière. Elle fera un bon écran de camouflage pour avancer vers le brocard qui broute à quelques mètres derrière cette dernière.

Arrivé au niveau de la bande d'avoine, j'observe un court instant le brocard qui vient de redresser la tête. Il baisse la tête, je commence mon approche en m'arrêtant et me baissant à chaque fois qu'il redresse la tête. Le vent fort est face à moi et couvre le bruit de ma progression dans les céréales, petit à petit, je le rejoins alors qu'il avance doucement en broutant. Arrivé à sa hauteur, je le devance un peu et l'observe un instant pour attendre le moment propice pour décocher ma flèche, le blé est haut et très épais et je devine plus que je ne vois mon brocard. Il redresse la tête et avance de quelques pas pour se présenter plein travers à 6 ou 7 mètres, j'arme, vise et décoche mais le blé arrête et dévie ma flèche qui bifurque pour passer devant le cou du chevreuil et ricocher comme sur la surface de l'eau avant de retomber à 50 mètres dans le blé. Le brocard démarre en aboyant et part vers un bras de l'Osse à environ 100 mètres devant moi. Il s'arrête à 40 mètres environ et se retourne pour chercher son assaillant. Je l'aboie et il hésite, il fait quelques pas vers moi, se ravise, revient puis finit par démarrer et filer à grands bons à travers blé à 35 mètres, en parallèle de la bande d'avoine.

Je prends le pas de course et cours pour tenter de le recouper au fond du champ où le bras de l'Osse rejoint la rivière qui coule dans mon dos. Je m'arrête à chaque fois qu'il s'arrête pour observer et finis par le rattraper mais il rentre dans la bande arborée qui suit le cours d'eau juste au moment où je suis assez prêt pour armer. J'ai perdu, je rentre sans même essayer d'aller chercher ma flèche.

 

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

jf88 15/07/2014 18:38

Merci Alex, toujours passionnants tes récits.
jf88

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

GERS 32

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

LASBATS CHISTINE : 

06 45 35 50 42

 

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS